#5 Agatha Christie : entre réalité et fiction.

“Un crime peut être une œuvre d’art, et un détective un artiste.”

I. Les débuts

La petite Agatha Mary Clarissa Miller est née le 15 septembre 1890 à Torquay au Royaume Uni. Elle est la cadette d’une famille de trois enfants. Elle a la chance de bénéficier d’une éducation à domicile, menée par son père et sa gouvernante. Cependant à la mort de son père, alors qu’elle avait 11 ans, c’est sa mère qui s’occupe d’elle. Dès son plus jeune âge, elle lit beaucoup et écrit encouragée par sa mère.

En 1906, cette dernière l’emmène à Paris pour y terminer ses études. Elle étudie notamment le piano ainsi que le chant et veut continuer dans une carrière d’artiste lyrique. Mais sa timidité excessive eut raison de son talent et elle retourne à Torquay avec sa mère. Mais en 1910, sa mère tombe malade, elles se rendent donc toutes les deux au Caire, où le climat est plus chaud. Agatha passe le plus clair de son temps à chercher un mari convenable pour son rang.

De retour en Angleterre, sa mère l’oblige à écrire une histoire. Elle écrit alors sa première nouvelle, the House of Beauty. Elle en écrit d’autres et les envoient sous différents pseudonymes mais aucune d’elles n’est publiée. La même année, c’est sa sœur qui la met au défi d’écrire un roman policier. Elle relève le défi et écrit the Lonely Petit ; mais les éditeurs refusent de le publier. Son agent littéraire Hugues Massie, lui suggère d’en écrire un deuxième.

En 1912, elle rencontre lors d’un bal Archibald Christie, un  séduisant aviateur. Ils tombent rapidement amoureux et se fiancent. Ils se marient précipitamment, le 25 décembre car son époux était appelé pour la première guerre mondiale.

Durant la guerre Agatha s’engage comme infirmière volontaire à la Croix rouge et obtient son diplôme de pharmacienne. Elle se familiarise alors avec les poisons, médicaments et autres drogues qui lui seront utiles pour écrire ses romans. Elle écrit aussi, et suite à un autre défi de sa sœur, sort son premier roman publié : la mystérieuse affaire de Styles, où Hercule Poirot apparait pour la première fois.

Mais c’est en 1926, lors de la publication de son septième roman, le meurtre de Roger Ackroyd, qui sera vendu à 8 000 exemplaires (ce qui est beaucoup à l’époque), que Agatha Christie devient l’une des figure du roman policier !

Dans le prochaie épisode :  Agatha disparait !

Sources textes et photos :

Lise Junique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s