Autriche : vacciné ou confiné

Ces derniers jours, l’Autriche avait atteint un nombre record de cas Covid-19 et faisait face à une 5ème vague. Il a donc fallu prendre des décisions radicales.

Ce dimanche 14 novembre, le chancelier autrichien Alexander Schallenberg a annoncé que tout citoyen non vacciné ou non guéri aurait l’obligation de se confiner à partir de ce lundi. Il a notamment déclaré « La situation est grave (…). Nous ne prenons pas cette mesure le cœur léger, mais malheureusement elle est nécessaire » lors d’une conférence de presse à Vienne. Il y avait plus de 13 000 nouveaux cas enregistrés ce samedi. 

Jasmine Mekki

La phrase de la semaine

“Je serai le président de tous les Américains”

C’est avec émotion que Joe Biden, démocrate âgé de 78 ans, est devenu ce mercredi 20 janvier 2021, le 46e président des Etats-Unis.

Sur un ton solennel, Joe Biden s’est adressé, ce mercredi, au peuple américain.

Devant les marches du Capitol, il a prêté serment sur la bible, accompagné de sa vice-présidente, Kamala Harris.

Malgré les conditions inédites de cette cérémonie et la tension régnant dans le pays, le discours du nouveau président s’est voulu rassembleur et fédérateur.

“Je serai le président de tous les Américains”, a prononcé ce dernier. Un pas vers l’unité, pour un pays marqué par le racisme et menacé par le populisme…

Inès Rousseaux

L’expression de la semaine

Ce mercredi 13 janvier sur le plateau de BFMTV, Stanislas Guerrini, délégué général de la République en Marche, déclare que « l’intérêt du couvre-feu à 18h, c’est de contrer l’effet apéro […] »

Mais qu’est-ce que cet « effet apéro » ?

Sur l’antenne, S. Guerrini affirme que 1/3 des contaminations se font dans le cercle amical et familial. Avec cette mesure, le gouvernement veut donc limiter voire empêcher toutes interactions sociales que les français pouvaient encore avoir en sortant du travail. Cette expression a provoqué une vague d’indignation sur les réseaux sociaux qui dénonce une incompréhension des élites dirigeantes vis à vis de la population.

La commensalité, le fait de manger à plusieurs, est-elle la prochaine victime des mesures du gouvernements ?

Sources :

https://www.franceculture.fr/emissions/lhumeur-du-matin-par-guillaume-erner/lhumeur-du-jour-emission-du-vendredi-15-janvier-2021

https://www.ladepeche.fr/2021/01/14/couvre-feu-a-18-h-quest-ce-que-leffet-apero-que-le-gouvernement-veut-limiter-9311039.php

https://www.lefigaro.fr/vox/politique/contrer-l-effet-apero-une-formule-revelatrice-de-la-deconnexion-dramatique-des-elites-au-pouvoir-20210115

https://www.gqmagazine.fr/pop-culture/article/l-effet-apero-avance-par-le-gouvernement-pour-justifier-le-couvre-feu-a-18h-provoque-la-colere-et-l-incomprehension-des-internautes

Oriane Frison

“C’est comme ça, que ça commence le communautarisme »

Ce mardi 20 octobre, le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin déjà au cœur de nombreuses polémiques, déclare sur le plateau de BFMTV: « Ça m’a toujours choqué de rentrer dans un hypermarché et de voir qu’il y avait un rayon de telle cuisine communautaire et de telle autre à côté […] C’est comme ça, que ça commence le communautarisme ». Suite à ses propos, la plateforme twitter réagit, les internautes critiquent en masse le ministre. Cette polémique divise…

Et vous qu’en pensez-vous? C’est à vous de voir.

Mordjane Borsali

La phrase de la semaine

Le mouvement #Lundi14Septembre lancé sur les réseaux sociaux, avait pour but de dénoncer les
discriminations vestimentaires faites aux filles dans les établissements scolaires. Les élèves devaient
venir au lycée avec des tenues jugées « provocantes ». Suite à cela, Jean-Michel Blanquer, ministre
de l’éducation, a réagi sur BFMTV : « Les chefs d’établissement sont évidemment dans leur rôle à faire respecter des tenues normales, tout simplement. Ce qui est dommage c’est qu’on cherche toujours à opposer les gens les uns aux autres sur des sujets finalement simples : il suffit de s’habiller normalement et tout ira bien« .

Cette dernière phrase a fait polémique mais évidement à vous de voir…

LA PHRASE DE LA SEMAINE

Dans une déclaration datant de mercredi 10 octobre, Noël Le Graët (dirigeant de la fédération française de football) explique que Karim Benzema ne portera plus le maillot bleu. Alors que sa dernière titularisation en équipe de France date du 8 octobre 2015, (il n’y a pas remis les pieds depuis) à cause de la fameuse histoire de la « sextape », Benzema lui a répondu hier par le biais d’un tweet: « Monsieur Le Graët je vous demande de m’oublier et de me laisser tranquille svp. La France est championne du monde et là est l’essentiel, le reste n’est qu’une futilité. Merci. »
Cette phrase met sûrement fin au feuilleton Benzema qui ne portera vraisemblablement plus jamais le maillot des champion du monde!

Source: L’équipe

CLAUSS César

LA PHRASE DE LA SEMAINE

« En appelant des migrants à profaner la Basilique Saint-Denis, nécropole de nos rois, La France insoumise et l’extrême gauche démontrent que, dans leur folie « immigrationniste », ils sont prêts à piétiner notre civilisation et à profaner un lieu de culte historique. Indigne », à publié Marine Lepen sur son compte Twitter.

Suite au mouvement de manifestation comptant 80 personnes dénonçant le projet de loi Asile-immigration le dimanche 18 mars à Saint-Denis, la présidente du FN a exprimé sur  Twitter sa révolte envers le parti de gauche.
Anaëlle MARTY et Kamila KACIR

La phrase de la semaine

«Pourquoi fait-on venir ici tous ces gens de pays de merde?», « Quel besoin avons-nous d’Haïtiens en plus? a déclaré Trump. Qu’on les vire.»

Ce jeudi 12 janvier 2018, Donald Trump ainsi que des sénateurs démocrates se sont rassemblés à la Maison Blanche, afin de discuter d’une réforme sur l’immigration. Lors de cet entretien, deux sénateurs, Lindsey Graham et  Richard Durbin, ont évoqué l’accueil de ressortissants de pays d’Amérique centrale et africains, notamment le Salvador ainsi qu’Haïti. En retour, le président américain a employé plusieurs expressions racistes dont «Pourquoi fait-on venir ici tous ces gens de pays de merde?» et « Quel besoin avons-nous d’Haïtiens en plus? a déclaré Trump. Qu’on les vire.»

En effet, ces deux propos évoqué par Trump ont choqué certains sénateurs étant prenant à la Maison Blanche lors de la réunion; c’est en effet pourquoi ces derniers ne se sont pas interdits de diffuser les phrases prononcées au média américain comme le Washington Post.

Annaëlle Marty

LA PHRASE DE LA SEMAINE

« On est en train de perdre la bataille »

C’ est la phrase employée par Emmanuel Macron lors du sommet « One Planet Summit » à Paris, ce mardi 12 décembre. Ce dernier fait référence à la « bataille »  que nous menons contre le réchauffement climatique depuis des années.

Cette conférence a rassemblé les représentants de 127 Etats ainsi que des institutions internationales comme l’ONU et des personnalités du privé. L’urgence étant immédiate, Emmanuel Macron en a profité pour alerter son auditoire. Le chef d’Etat français a notamment émis les phrases suivantes:

« On ne va pas assez vite et c’est ça le drame »;« On doit tous bouger car on aura tous à rendre compte »;« On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas ».

Dans son discours le président Macron appelle à tous les hommes de la planète a agir rapidement afin de battre la menace climatique qui ne cesse de s’aggraver.

Photo : capture d’écran

Anaëlle MARTY, Kamila KACIR

La phrase de la semaine

« Moi, Emmerson Dambudzo Mnangagwa, jure qu’en tant que président de la République du Zimbabwe, je serai loyal à la République du Zimbabwe et obéirai, soutiendrai et défendrai la Constitution et les lois du Zimbabwe. »

Le nouveau président du Zimbabwe Mnangagwa a ce vendredi 24 novembre célébré son investiture. Cela a eu lieu dans le plus grand stade du pays. Il succède aux 37 années du président sortant Robert Mugabe âgé de 93 ans. Il fut contraint de démissionné le 21 novembre suite à un coup d’état de l’armée.
Les zimbabwéens veulent croire au changement. Il faut quand même noter que Manangagwa fut le vice-président de Robert Mugabe. En effet, c’est un fidèle de l’ancien régime. Pendant son mandat de vice-président, il n’a pas hésité à mettre en œuvre la politique répressive de son ancien président.

Le Zimbabwe trouvera-t-il un nouvel élan après 37 ans de chao politique ?

Martin MICHEL