Braquages de banques au Liban.

Le 14 décembre vers 10h30 , Sali hafiz une jeune libanaise de 28 ans, architecte d’intérieur braque sa propre banque à Beyrouth . Cette dernière demandait à avoir ses 20000 dollars , alors que sa sœur est souffrante d’un cancer et ne peut pas se soigner car elle n’a pas les moyens .

Sali décide de récupérer son argent elle-même pour ne pas voir sa sœur mourir devant ses yeux alors qu’elle ne peut rien faire à cause d’une banque voleuse qui refuse de lui rendre son argent . Accompagnée de sa sœur souffrante en voiture , elle laisse sa sœur dans la voiture et rentre armée d’un faux pistolet appartenant à son neveu .

Elle se dirige directement vers le directeur de la banque et le menace avec une arme . Elle obtient 13000 sur 20000 dollars, mais elle s’enfuit avant l’arrivée des autorités libanaises . Une dizaine d’activistes entourent la voiture où se trouve la sœur. Le directeur de la banque dénonce une «  opération bien organisée » .

Sali Hafiz est une activiste très connue en Liban . D’ailleurs elle a été arrêtée en début de la crise en 2019 . Elle est ainsi la nouvelle « héroïne du Liban ». En plus , elle n’est pas la première à réclamer son argent de cette manière . Le mois dernier , un braqueur armé d’un vrai fusil , braqua une autre banque dans le but de reprendre son argent. D’ailleurs ce dernier , est reparti avec 30000 euros . Mais il s’est rendu et il a été relâché , car ce n’était pas un voleur , il voulait juste son argent .

Depuis 3 ans , le Liban souffre de la crise économique . On se demande bien s’il va réussir à surmonter cette crise où les libanais sont obligés de s’armer pour braquer leur banque afin de récupérer leur argent .

SOURCES :

https://adclick.g.doubleclick.net/pcs/click?xai=AKAOjsvklOJMMSpNoLw29GBOEZEb2hugJ9L_su_iA8dr6Bh0GCGN9Or0mzPt85CM_v5WMhFt-6do6i87d4JcRINyzJ9tTUI0szdGhTUuVLj03qrb4NkCbhKlC6Bl_rw2e0foiAPFpytQH4-OCiLB0Ys4tD9V-D_bW3K0Tb65NBtHZkVeQufxL3D36-rCJHCXE4oTiWmcS9DYZLV9w-QwOQUyXIMmD23TdaePaX9AYXXF-k07r3xcW7nfQtqC1jgDa0bR_LZ0Yh-aMZu4JXFY9XadnK9v6929096UhKEQNXSZBuvn24ktCxWazQ5CY4j0YjMsT7MpatFMmhMNdMYXI5HoFP8Pq6ttdv2-i0_slTvWCzpDmWt50JqvTa4UZF3J&sai=AMfl-YQPsNFV5Mail1i3Hb8COglxsbxK_dBPB9KlfSOf81OGdM_g6fVg6AX2bHIO8wICFeMr4D-Ig55ZsUs4rjOJ77gYRTCGUo9Tp55VKm0Mq_dsXeLJ9PEq_ajglWxMOP0qLeI&sig=Cg0ArKJSzNpcaNNlCNCnEAE&fbs_aeid=[gw_fbsaeid]&urlfix=1&adurl=https://www.editions-delcourt.fr/bd/preview/la-belle-esperance-t01

Khadija

A-t-on encore besoin des salles de cinéma ?

Le cinéma est en déclin ces derniers temps. De nouvelles alternatives sont désormais proposées aux spectateurs.

Les plateformes de streaming prennent une grande place ces dernières années. Les gens se tournent plus vers les options numériques disponibles sur différents formats.

Les plateformes de streaming se sont développées et diversifiées. Maintenant on a notamment plusieurs plateformes mais sur différents formats aussi ; téléphone, tablette, ordinateur, télé, … Ces plateformes sont beaucoup plus pratiques et atteignent plus de personnes. (10 millions d’abonnés en France pour seulement Netflix). On peut les utiliser où l’on veut et quand on le veut ce qui offrent une liberté. On n’est pas obligé de suivre les horaires de cinéma ni de se déplacer.

Avant le choix était plus limité ; on avait la télé à la maison ou le cinéma. Maintenant on n’a le cinéma au bout des doigts. Sur les premiers 8 mois de cette année il y a eu 30% en moins de fréquentation au cinéma comparé à la même période il y a 10 ans.

De nos jours, Il y a seulement 25 % qui restent à l’affiche pendant 4 semaines et 3% qui restent plus longtemps. Les plateformes vont pouvoir diffuser les films plus rapidement après leur sortie au cinéma ; raison pour laquelle les films restent moins longtemps au cinéma. 40% des gens qui ont un abonnement vont moins au cinéma et 1 spectateur sur 6 paye un abonnement. Le prix d’une place de cinéma est très élevé et pour le même prix on peut s’offrir un mois de cinéma illimité pour toute la famille.

Malgré la multiplication de plateformes, les films sur grands écrans restent un plaisir dont on peut profiter que dans les salles de cinéma.

Maya RIO

https://www.cnc.fr/cinema/communiques-de-presse/frequentation-des-salles-de-cinema–estimations-de-lannee-2012_118306

https://www.cnc.fr/professionnels/actualites/frequentation-cinematographique–estimations-du-mois-de-juillet-2022_1737613

https://fr.statista.com/statistiques/824732/estimation-temps-visibilite-film-salle-france/

https://www.capital.fr/entreprises-marches/netflix-le-service-de-streaming-compte-desormais-10-millions-dabonnes-en-france-1441120

https://www.bfmtv.com/people/cinema/netflix-amazon-et-disney-pourront-diffuser-des-films-plus-rapidement-apres-leur-sortie-au-cinema_AD-202201240353.html

https://www.dhnet.be/medias/cinema/2022/05/22/netflix-prime-video-disney-apple-tv-les-chiffres-stratsopheriques-des-plateformes-de-streaming-un-terrien-sur-six-abonne-K2T3OAFF3ZFCPKCDE7M3M2FUNU/

Affrontement entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, une nouvelle guerre qui menace d’éclater ?

Depuis le 12 septembre les affrontements entre l‘Azerbaïdjan et l’Arménie reprennent. Ces combats ont entrainé la mort d’au moins 100 soldats arméniens et azerbaidjanais.

Pourquoi les relations entre ces deux états sont si conflictuelles ?

Premièrement l’Arménie et l‘Azerbaïdjan sont deux anciennes République soviétiques, à la chute de l’URSS en 1991, elles déclarent leur indépendance. Les Arméniens du Haut-Karabakh (territoire au milieu de l’Azerbaïdjan) font de même en proclamant la République d’Artsakh, avec l’intention de faire sécession de l’Azerbaïdjan et s’unir avec l’Arménie, ce qui va durcir l’intensité des conflits.

L’Arménie et l’Azerbaïdjan se sont déjà livrés à deux guerres dans le Haut-Karabagh, la première en 1991 et la seconde beaucoup plus récemment en 2020. Cette année là, le conflit avait fait près de 6500 morts au total, et avait cessé après un arrêt des combats négocié par la Russie. L’Arménie avait été contrainte de céder plusieurs parties de son territoire à l’Azerbaïdjan.

La reprise du conflit .

Cette fois ci les combats qui ont repris dans la nuit du 12 au 13 septembre ne se limitent pas à la région du Haut-Karabagh. L’Arménie accuse l’Azerbaïdjan d’avoir ouvert les hostilités avec des attaques pendant 10 heures d’affilé. Des villes à l’est de l’Arménie ont été visées. Selon elle, l’Azerbaïdjan aurait utilisé des missiles, des drones ou encore des fusils.

L’Azerbaïdjan rejette la responsabilité sur l’Arménie et l’accuse de provocations à la frontière entre les deux pays ainsi que d’avoir bombardé les zones de Kelbadjar et Latchine.

On compte déjà une centaine de morts réparti dans les deux pays. La Russie a toujours joué le rôle de médiateur, elle a annoncé avoir négocié un arrêt des combats. Cependant l’Arménie et l’Azerbaïdjan se sont mutuellement accusé d’avoir violé cet accord de fin de combat.

Selon certains experts, l’Azerbaïdjan pourrait profiter du contexte de la guerre en Ukraine pour conquérir des territoires dont elle estime qu’ils lui appartiennent. La Russie est médiatrice mais également un allié historique de l’Arménie. L’Azerbaïdjan pourrait donc juger que la Russie est trop occupée avec l’Ukraine pour jouer son rôle de médiation et donc potentiellement aidé l’Arménie.

La réaction du reste du monde.

La France a appelé à l’arrêt des combats et au respect de l’intégrité territoriale de l’Arménie. L’organisation des Nations Unies quant à elle a appelé les deux pays à prendre des mesures immédiates pour désamorcer les tensions. L’union européenne a annoncé qu’elle allait commencer une médiation entre les deux pays.

Nous verrons si ces mesures suffiront à arrêter le conflit.

Source : Le Monde

Lucie Ponchy