La contre offensive Ukrainienne.

Sont-ils plus résistants que prévu ?

Ce 29 août dernier, l’Ukraine a commencé sa contre-offensive ayant pour but de prouver que la victoire est encore possible. En effet, cette contre-offensive n’est pas généralisée sur le front, elle se concentre sur certains points. L’offensive russe s’était calmée quelques semaines  avant ce qui avait entraîné une retraite progressive de l’armée russe dans ces régions.

 Cela offrait une opportunité en or à l’armée ukrainienne pour contre-attaquer, opportunité qu’elle a d’ailleurs saisie puisque le 6 septembre, elle s’est lancé à la reconquête de Kharkiv. Le 9 septembre de nombreuses forces ukrainiennes ont réussi une percée d’une quarantaine de kilomètres derrière la ligne russe, plus de 3000 km2. Suite à cette percée, une partie de force ukrainienne fait route vers le sud menaçant Koupiansk, un important nœud ferroviaire qui est capitale pour la Russie. Sachant que sa logistique repose principalement sur les chemins de fer. Dès lors, le 10 septembre la Russie annonce un redéploiement de troupes dans cette zone afin de renforcer le Donbass. Cette contre-attaque a aussi permis à l’armée ukrainienne de récupérer des véhicules de grandes valeurs qui pourraient s’avérer très utiles.

 Suite à cette contre-attaque, Vladimir Poutine a appelé les réservistes à rejoindre le front, et a appliqué la mobilisation partielle. « J’estime nécessaire de soutenir la proposition [du ministère de la Défense] de mobilisation partielle des citoyens en réserve, ceux qui ont déjà servi […] et qui ont une expérience pertinente », a déclaré Vladimir Poutine. Cela représente plus de 300 000 personnes concernées par cette mobilisation partielle. Cette déclaration a provoqué de nombreuses émeutes à travers tout le pays, plus de 1000 personnes ont été arrêtées et beaucoup essayent de fuir le pays.

La Russie aurait-elle sous-estimé la résistance ukrainienne, ou bien l’Ukraine a-t-elle été stratégiquement plus forte en respectant l’une des plus anciennes stratégies militaires: « Toute guerre est basée sur la tromperie. Par conséquent, lorsque nous sommes capables d’attaquer, nous devons sembler incapables ; lorsque nous utilisons nos forces, nous devons paraître inactifs ; quand nous sommes proches, nous devons faire croire à l’ennemi que nous sommes loin ; quand on est loin, il faut lui faire croire qu’on est proche. » (Sun Tzu, L’art de la guerre). Mais est ce que cela va suffir face à la grande armée russe qui reste supérieure dans tous les domaines?

Source:

  • L’OBS
  • France info
  • France 24
  • Wikipédia
  • Air&Cosmos

Lionel & Lou Lewis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s