Revue de presse hebdomadaire (26/04 – 02/05)

Bienvenue dans la nouvelle rubrique du blog la Tribune de Montaigne. Il s’agit d’une sélection d’actualités de chaque semaine classées en 5 thèmes : l’environnement, la santé, la politique intérieure, l’international, et le point positif. 

Environnement : L’Amazonie émettrice de carbone

L’Amazonie a émis plus de carbone qu’elle n’en a absorbé durant cette dernière décennie. Un rapport de chercheurs dans la revue Nature Climate Change, publié le 29 avril dernier, affirme que la forêt amazonienne a 18% de plus d’émissions de carbone que d’absorption. De plus, l’article déclare que ce déséquilibre est causé à 73% par la dégradation de la forêt (arbres fragilisés, petits incendies, mortalité de la biodiversité…), et à 27% par la déforestation. Cet excès d‘émission inquiète les spécialistes car les forêts ont un rôle important de freinage du réchauffement climatique. Les craintes sont d’autant plus justifiées que la non politique brésilienne de protection de la forêt n’est pas innocente dans ce constat. 

Lien de l’article : https://www.nature.com/articles/s41558-021-01026-5

Santé  : Politiques inefficaces de la lutte contre les drogues 

La loi de décembre 1970 sur la répression du trafic et de l’usage de drogue fêtait ses 50 ans d’existence au début de l’année. Malgré une des répressions les plus sévères d’Europe, le nombre d’usagers réguliers de cannabis et de cocaïne et le nombre de morts par overdose augmentent significativement depuis les années 80 selon l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Un communiqué de presse de cet organisme, sorti le 27 avril 2021, analyse également les variations des solutions judiciaires et pénales. On observe une hausse des interpellations (40 fois plus depuis 1970), une plus grande utilisation des amendes forfaitaires et moins de suivis sanitaires et sociologiques des interpellés. Un sondage réalisé par l’institut CSA montre que 66% de la population française jugent inefficace la politique de lutte contre les stupéfiants. Est-il temps de changer de politique, passer “à la vitesse supérieure” comme le promet Emmanuel Macron ?

Lien du communiqué de presse : https://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/epcxja2b2c.pdf

Politique : Union et désunion

Après la journée de mobilisation du 1er mai, la question de l’union des partis de gauche pour la présidentielle de 2022 se pose plus que jamais. L’appel pour samedi des syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires, mais sans la CFDT, illustre bien le désaccord croissant de la gauche. Une candidature commune ne semble pas envisageable pour la France Insoumise et Anne Hidalgo rejette l’idée de primaire. Comme résultat, une enquête d’ IPSOS sortie le 24 avril dernier, place largement en tête E. Macron et M. Le Pen pour le 2nd tour de la présidentielle, les candidats de gauche ne dépassant pas individuellement les 10%. Quant aux régionales de juin 2021, la désunion semble de partie remise pour la gauche mais ce n’est pas le cas de leurs rivaux. LREM et LR ayant décidé de faire liste commune pour la région PACA. Un énième flop de FI, PS, PCF et EELV est-il nécessaire pour former un bloc soudé ? 

Lien de l’enquête : https://www.ipsos.com/sites/default/files/ct/publication/documents/2021-04/Rapport%20Enquete%20Ipsos_CEVIPOF%20LEMONDE%20FJJ%20_SituationPolitique.pdf

International : L’Inde au plus mal

La flambée des cas de Covid-19 en Inde continue d’augmenter avec une moyenne de plus de 300 000 cas par jour, ce qui équivaut à 14 313 cas par millions. Pour comparer avec la France qui recense 84 139 cas par millions et le monde 19 513 cas. L’Inde est en ce moment le 1er pays en nombre de cas par jour, ce qui inquiète au vu de l’état du système de santé actuel du pays. Les chiffres pourraient être encore plus élevés car les morts ne sont pas tous déclarés positifs au coronavirus. De l’aide a été envoyé de nombreux pays dont la France, les Etat-Unis, la Russie, l’Angleterre ou encore l’Allemagne. Un bel exemple de solidarité internationale. 

Point positif : Lueur d’espoir contre le paludisme

Les résultats de la phase II du vaccin contre le paludisme, développé par l’Université d’Oxford et disponibles dans un article en preprint de la revue scientifique The Lancet, montrent une performance sans pareil. C’est le 1er vaccin à dépasser la barre des 75% d’efficacité demandés par l’OMS. Les essais ont été réalisés en 2019 sur 450 enfants de 5 à 17 ans au Burkina Faso, avec 4 doses réparties en 2 ans. C’est une vraie avancée scientifique pour la lutte contre cette maladie qui a fait 409 000 morts en 2019 dont 67% étaient des enfants de moins de 5 ans. La phase III de ce vaccin permettra de tester sa sûreté et son efficacité sur un plus grand nombre et une plus grande diversité de patients. 

Lien de l’article : https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=3830681

Oriane Frison

Le chiffre de la semaine

82

Ce dimanche 25 avril, un incendie dans l’hôpital “Ibn al-Khatib” à Bagdad provoque la mort de 82 personnes.

Cet incendie est dû à “des bouteilles d’oxygène qui étaient stockées sans respect des conditions de sécurité” affirment des sources médicales.

Cet accident peut avoir un réel impact politique, étant donné la situation actuelle en Irak, en effet des élections anticipés sont prévues pour octobre.

Pour vous renseigner sur le sujet:

https://www.leparisien.fr/international/incendie-dans-un-hopital-de-bagdad-dedie-au-covid-19-au-moins-82-morts-110-blesses-25-04-2021-X2URKBEQVZB4LBJIXRQHSZPMXA.php

Mordjane Borsali

Vers une justice plus fidèle ?

Le projet de loi « pour la confiance dans l’institution judiciaire » du ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, a été présenté le mercredi 14 avril en Conseil des ministres. Parmi les grandes propositions du texte, la possibilité élargie de filmer et de diffuser des procès a été en majorité approuvée par les ministres présents.

Avant cela, seuls quelques procès ayant un intérêt historique ont été filmé. C’est le cas, par exemple, récemment des procès de Charlie Hebdo et de l’Hypercasher, mais aussi des procès plus connus comme ceux de Nuremberg juste après la Seconde Guerre mondiale lors desquels ont été jugés les 24 principaux responsables du Troisième Reich.

Si aujourd’hui, la question de l’enregistrement et de la diffusion des procès se pose, c’est avant tout pour ouvrir à un plus grand public les coulisses de la vie judiciaire française. Celle-ci avait été interdite dans les années 1950 suite à des débordements lors du procès de Gaston Dominici. Mais il est question, avec ce projet de loi, de pouvoir ouvrir au public la vie judiciaire en filmant tout types de procès (assise, correctionnelle ou civile). Cet enregistrement suivi de la diffusion seront tout de même encadrés avec, par exemple, l’accord de chaque partie d’être filmé.

Malgré tout, ce projet de loi entrave un droit important, le droit à l’oubli qui permet à un individu de demander le retrait sur le Web de certaines informations qui pourraient lui nuire sur des actions qu’il a faites dans le passé.

Sources :

https://www.franceinter.fr/justice/reforme-de-la-justice-des-proces-bientot-filmes-et-diffuses

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/filmer-les-audiences-dans-les-tribunaux-le-gouvernement-y-reflechit-l-exemple-avec-le-proces-azf-1618410667

Louise MARTIN

Patrick Germain, Interview d’un grand reporter à France Télévisions.

Bonjour Patrick,

Merci d’accepter de répondre à mes questions pour le Blog du Lycée Montaigne afin de nous présenter le métier de grand reporter que vous avez exercé pendant 42 ans.

Pouvez vous nous raconter votre parcours professionnel ?

Grand reporter à France Télévision, voilà qui peut faire rêver ou fantasmer mais derrière les mirages il y a une réalité exigeante… mais aussi une vie passionnante faite de rencontres extraordinaires et de témoignages de personnages étonnants.

L’envie de faire ce métier m’est venue d’une fascination pour l’image et surtout d’une grande curiosité pour ce qui se passe « de l’autre coté ».

Après un Bac philo, une licence de Lettres Modernes pour préparer le concours d’entrée en école de journalisme et un master à l’Institut Européen du Cinéma et de l’Audiovisuel, je suis entré à France 3 en 1977 en tant que stagiaire et je suis resté à France Télévisions pendant 42 ans.

De stagiaire à France 3 Région, puis journaliste spécialisé et enfin Grand Reporter, j’ai eu l’opportunité de découvrir le monde ainsi que d’extraordinaires régions françaises, loin de l’actualité « chaude » et des breaking news à l’américaine.

J’ai présenté des journaux télévisés de stations régionales, et j’ai participé à divers émissions telles que La dictée de Bernard Pivot ou encore Midi en France avec Laurent Boyer.

Quelles qualités faut-il pour exercer ce métier ?

De reportages à Amiens en passant par Marseille puis Poitiers et Bordeaux, il fallait une grande faculté d’adaptation pour arriver tôt le matin en conférence de rédaction après une nuit de voyage et repartir aussitôt en reportage. Pour faire des rencontres extraordinaires, aussi bien au bout de la rue, qu’au bout du monde, il faut du temps et de la patience. Pour découvrir et révéler ce que chaque individu renferme, il faut écouter et donc prendre son temps… le temps, ce qui manque cruellement dans la couverture médiatique d’une société en mouvement, sans cesse relayée par des chaînes d’information en continue !

Le temps… le compagnon de route du journaliste, qui doit être associé au recul nécessaire pour avoir un regard critique et une analyse distanciée sur un évènement.

En résumé je dirais, une grande capacité d’adaptation à toutes les situations, beaucoup de patience, de la rapidité exigée par la couverture de l’information, une résistance au stress, de la curiosité, une grande rigueur et enfin, de l’écoute.

Quelles ont été tes plus belles rencontres ?

Une de mes plus belles rencontres fut celle de Patrick Dupond, avec un « D » comme «Danse » qui vient de nous quitter. J’ai suivi ce génie de la danse pendant ses tournées au Japon et aux Etats-Unis en tant que danseur étoile, qui malgré sa notoriété est toujours resté accessible et d’une grande générosité.

Quel reportage t’a le plus marqué ?

« Pour mémoire », reportage d’un voyage initiatique des élèves d’un lycée de Metz à Auschwitz, le camp d’extermination nazi, avec le tournage d’une séquence du film « La Liste de Schindler » de Steven Spielberg dans l’ancien quartier juif de Cracovie en Pologne. Un choc historique qui fut très émouvant.

Un autre reportage très marquant fut celui de la première mission chirurgicale française en Chine à Shanghaï en 1984 pour confronter les différentes techniques médicales.

Ou encore « L’or des Dieux, l’or des Andes » sur les trésors des civilisations pré-colombiennes. Ce reportage fut rempli de moments intenses en découvrant des momies Incas sur des sites péruviens, ou des moments d’insécurité en Colombie où nous étions en permanence accompagnés de gardes armés au milieu des narcotraficants.

Quels sont les lieux qui t’ont le plus étonnés ?

En 1984, découvrir les « Champs Elysées » de Shanghaï (Nanjing Lu avenue ), une avenue commerçante longue de 5 km avec ses 600 boutiques qui n’étaient éclairées que sur 300 m et sans aucune voiture ! Un voyage hors du temps.

Mais il ne faut pas oublier les régions françaises qui apportent également des souvenirs incroyables comme le Mondial Air Ballons dans l’est de la France qui est le plus grand rassemblement au monde de montgolfières, avec 456 ballons alignés.

Le métier de grand reporter a-t-il changé depuis le début de ta carrière ?

Aujourd’hui le métier de journaliste est confronté aux réseaux sociaux où en un tweet de quelques lignes, le Président de la plus grande démocratie au monde peut implicitement inciter ses partisans à envahir le Capitole !

A l’heure ou il suffit d’un mobile et d’un accès à internet pour publier des informations parfois non vérifiées ou haineuses, le métier de journaliste doit savoir faire face à ce phénomène et être plus rigoureux que jamais.

Merci Patrick !

Gaïa