Douze affaires après… Sarkozy condamné.

Le 1ère mars, le journal Le Monde publie un long article sur la condamnation de l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, à trois ans de prison dont un an ferme. Il est accusé de corruption, et de trafic d’influence dans l’affaire « des écoutes », aussi appelé affaire « Paul Bismuth ». C’est la deuxième fois que cela se produit sous la cinquième république : le premier étant Jacques Chirac inquiété pour la déclaration d’employés municipaux fictifs. Toutefois en ce qui concerne Nicolas Sarkozy ce n’est pas d’une seule affaire qu’il s’agit mais de douze.

Parmi ces douze affaires quatre sont en cours ou sont à nouveau étudiées : l’affaire Bygmalion portant sur le financement illégal de la campagne de 2012 ; celle du financement libyen pour la campagne de 2007 ; celle de Karachi remontant à 1995 quand Nicolas Sarkozy, alors ministre du budget cherchait des fonds pour la campagne de Balladur dont il était le porte-parole et aurait bénéficié de rétrocommissions ; et enfin l’affaire russe débutant en 2020 pour une somme de 500 000 euros, le plaçant sous un soupçon de trafic d’influence.

Dans trois autres, il n’a jamais été remis en cause : celle des billets de 500 euros, celle des 45 hélicoptères vendus au Kazakhstan avec rétrocommissions, et le cas des voyages en jet avec factures suspectes et abus de biens sociaux. Les quatre dernières déclarent finalement Nicolas Sarkozy hors de cause. Il s’agit de son rôle dans l’affaire du crédit Lyonnais qui a versé 404 millions d’euros à Bernard Tapie ; de son action pour recueillir des sondages à l’Elysée de façon illégale ; du profit de la richesse de madame Bettencourt ; et enfin de son évitement à payer ses pénalités pour dépassement des frais de campagne.

En 2014, M. Sarkozy était soupçonné d’avoir corrompu un magistrat de la Cour de cassation, Gilbert Azibert. Il lui aurait demandé des renseignements le concernant, et chercher à faire supprimer la saisie de ses agendas présidentiels, après le non-lieu dans l’affaire Bettencourt. M. Azibert, avocat général dans une chambre civile, s’est assuré l’aide de ses collègues pour arriver à ses fins. En remerciement, Monsieur Sarkozy aurait promis de jouer de ses connaissances afin de lui procurer un poste de prestige à Monaco. Mais en quoi ces agendas sont si importants aux yeux de Nicolas Sarkozy et des magistrats ?

Les emplois du temps de l’ancien chef d’Etat regroupent l’ensemble des rendez-vous pris au cours de sa présidence. Ainsi on y retrouve des informations cruciales pour les enquêtes des différentes affaires dans lesquelles il est impliqué, notamment avec le financement de la Lybie pour sa campagne ou avec l’histoire de Madame Bettencourt. C’est alors qu’il s’est pourvu en cassation pour déclarer illicite la saisie de ces documents. Malgré tout, ses tentatives n’ont pas abouti, la saisie des agendas a été déclarée légale et le personnage devient de plus en plus suspect.

Sans qu’il le sache le tribunal s’est permis d’écouter ses conversations téléphoniques. Contre toute attente il découvre que l’ancien président de la république entretenait des discussions avec son avocat Thierry Herzog, à propos des manigances et de l’aide du magistrat haut placé Gilbert Azibert. Quand notre client est prévenu par son avocat qu’il est sous écoute, il se munit de deux téléphones prépayés achetés sous le nom de « Paul Bismuth », pour brouiller les enquêtes. C’est ainsi que s’ouvre une nouvelle affaire, qui manque de preuves et qui est désavouée par les partisans de droite de l’accusé.

C’est seulement en 2019 que la Cour de cassation  en s’apercevant de la cohérence entre chaque suspicion, rejette les derniers recours formés par Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog et Gilbert Azibert. De plus les enquêteurs constatent que depuis la découverte des conversations téléphoniques, les trois protagonistes se sont beaucoup rapprochés et ont consolidé leur amitié. Ainsi le procès s’ouvre à nouveau le 23 novembre 2020, c’est la première fois sous la Ve République qu’un ancien président est jugé pour corruption.

Le tribunal a aussi reconnu M. Herzog coupable de corruption active et de violation du secret professionnel et l’a condamné à trois ans de prison, dont deux avec sursis, assortis de cinq ans d’interdiction d’exercer la profession d’avocat. Gilbert Azibert a, pour sa part, été déclaré coupable de corruption passive et de recel de violation du secret professionnel. Il a lui aussi été condamné à trois ans d’emprisonnement, dont deux avec sursis.

En conclusion, il apparait que Monsieur Sarkozy est un habile intrigant, capable de s’attirer les relations utiles à ses projets, émanant d’un charisme certain pour créer des amitiés solides. C’est un personnage aux mains remplies d’argent car c’est toujours ce qui lui manque et qu’il doit obtenir. Or ce sont toujours des sommes très importantes ce qui montre à quel point, il mène une vie hautement active, remplie, bourdonnante et dégagée de scrupules puisqu’il semble souvent outrepasser la loi. De cette récente condamnation, Sarkozy en fait un problème d’honneur. Il veut absolument faire reconnaitre qu’il subit un acharnement judiciaire. Pour lui, il est évident qu’on doit respecter la confidentialité entre un avocat et son client. Il va se battre jusqu’à faire appel auprès de la cour européenne. C’est un combattant hors normes qui ne baisse jamais les bras.

Sources

https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/03/01/nicolas-sarkozy-condamne-a-trois-ans-de-prison-dont-un-an-ferme-dans-l-affaire-des-ecoutes_6071580_823448.html

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/11/26/corruption-dans-l-affaire-des-ecoutes-pourquoi-nicolas-sarkozy-est-il-juge_6061212_4355770.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Sarkozy-Kadhafi#Affaire_des_%C3%A9coutes

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/03/01/le-point-sur-les-douze-affaires-de-nicolas-sarkozy-une-condamnation-deux-non-lieux-et-plusieurs-dossiers-ouverts_6071603_4355770.html

https://www.france24.com/fr/info-en-continu/20210301-affaire-des-%C3%A9coutes-nicolas-sarkozy-condamn%C3%A9-%C3%A0-trois-ans-de-prison-dont-un-an-ferme-pour-corruption-et-trafic-d-influence

Valentin Brogi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s