Le monde de la musique à l’épreuve du Covid.

Concerts dans des bulles ou sur Internet, shows avec protocole sanitaire… Les artistes s’organisent différemment. 

Un concert totalement futuriste et qui laisse une drôle d’impression. Les 22 et 23 janvier derniers le groupe américain Flaming Lips ont proposé à leurs fans d’assister à leur show dans des bulles gonflables transparentes. 

Ces bulles étaient équipées de hauts parleurs, d’une bouteille d’eau, d’un ventilateur à pile mais aussi de pancartes “I gotta go pee”/”Hot in here” (“J’ai envie de faire pipi”/”Il fait chaud ici”). Malgré ces conditions inédites, les deux concerts ont remporté un vif succès. A cause de l’épidémie du Covid 19, les artistes sont obligés de se réinventer pour continuer à se produire devant un public tout en respectant les règles sanitaires.  

Les artistes utilisent massivement les plateformes numériques pour continuer d’exister et le public adhère à ce nouveau type de concerts. En octobre dernier, le groupe de K-pop sud-coréen BTS a joué en livestream sur deux dates, réunissant 900 000 fans à travers le monde. C’est un jackpot: 44 millions de dollars ont été récoltés. L’Américaine Billie Eilish a également proposé avec succès un show à la limite du flippant en réalité immersive avec des effets spéciaux, des décors en 3D et accompagnés d’une chorégraphie très soignée. Le prix du billet était de 30 dollars. Les revenus ont ensuite été reversés aux acteurs de l’industrie musicale touchés par la crise sanitaire.  En France, Matt Pokora a donné un concert en streaming depuis la Seine musicale de Boulogne-Billancourt devant plus de 40 000 spectateurs. Gims, Jenifer, Patrick Fiori ont aussi tenté leur chance.. 

Ces nouvelles contraintes pour le monde de la musique ont fait apparaître de nouveaux acteurs. C’est le cas de la plateforme Dice créée en 2014, qui est devenue depuis peu la référence en livestream depuis mars dernier. En un an, Dice a mis en ligne plus de 5000 concerts. “On a très vite compris qu’on pouvait accompagner les artistes pendant cette crise, qu’on pouvait les aider à rester connectés avec leurs fans et surtout à être payés” explique Alba Gautier, directrice France de Dice et elle poursuit: “On peut faire des choses différentes grâce au livestream.” Ainsi le rockeur Nick Cave a privilégié une forme intimiste: il était seul au piano dans le hall du Alexandra Palace à Londres, même type d’ambiance pour le rockeur Rodolphe Burger qui a joué face caméra dans une chapelle à Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). 

Pour retrouver la joie des vrais concerts, des expériences vont être menées à Marseille et à Paris, selon des protocoles bien rigoureux (nombre de personnes limité, test Covid à réaliser avant la prestation..).  C’est l’inserm qui est chargé d’organiser les règles. Environ 1000 personnes volontaires seront présentes. Si les résultats sont probants cela pourrait par la suite redonner espoir au monde de la musique.

sources:

https://www.francetvinfo.fr/culture/musique/covid-19-les-concerts-en-streaming-payant-sur-internet-survivront-ils-a-la-pandemie_4281853.html

https://www.bbc.com/news/entertainment-arts-55794674

Louise Reynaud