Jair Bolsonaro mis en accusation devant la CPI pour “crime contre l’humanité ».


Le chef Raoni Metuktire, défenseur emblématique pour la préservation de la forêt amazonienne et un des grands chefs du peuple des Kayapos, demande le samedi 23 janvier 2021, à la CPI (Cour Pénale Internationale), d’enquêter contre le président brésilien Jair Bolsonaro accusé de « crime contre l’humanité”.
Ce dernier est accusé de persécuter les peuples autochtones en détruisant leur habitat, la forêt Amazonienne, et en bafouant leurs droits fondamentaux.
En effet, depuis le mandat de Jair Bolsonaro en 2019, la déforestation n’a fait que s’accélérer, en augmentant de 34,5% en un an, et le taux d’assassinats de chefs autochtones est le plus élevé depuis 2011. “Cette situation, la plus dramatique sur ces dix dernières années, résulte directement de la politique d’État développée par le gouvernement de Jair Bolsonaro”, visant à “lever tous les obstacles pour piller les richesses de l’Amazonie”, déclare Raoni Metuktire dans sa plainte, dévoilée par le journal Le Monde, le samedi 23 janvier 2021.
Le chef Raoni précise un point essentiel dans sa plainte, la forêt amazonienne est indispensable pour la planète, et la régulation du climat. En 2020, celle-ci est frappée, en plus de sa déforestation, par d’innombrables incendies.
Cette communication présentée à la CPI, d’environ une cinquantaine de pages rédigée par l’avocat français William Bourdon, rassemble les accusations portées par des dizaines d’ONG, locales et internationales, des institutions internationales, et par des scientifiques spécialistes du climat. Ces dernières portent sur la suspension du démarquage des territoires autochtones, le projet de loi dans le but d’ouvrir les zones protégées à l’exploitation minière et agricole, ainsi que le budget restreint des agences environnementales reprises en main par les militaires, et les meurtres impunis de sept chefs autochtones en 2019,…
Depuis 1988, la démarcation des territoires des peuples autochtones leur donne un droit de propriété collective garanti par la Constitution. Jusqu’en 2016, ce système aurait permis de limiter la déforestation sur leurs terres, selon une étude parue dans la revue de l’Académie des sciences des Etats-Unis. Cette étude nous rappelle que les peuples indigènes ont “l’usufruit exclusif des richesses du sol, des fleuves, et des lacs qui s’y trouvent”. Mais l’Etat garde les droits de l’exploitation des sous-sols, tout en ayant “la responsabilité constitutionnelle de délimiter ces terres et de protéger et faire respecter tous leurs biens”.
Mais depuis 2019, la politique du président Jair Bolsonaro mène à des «meurtres», des «transferts forcés de population» et des «persécutions», constitutifs de «crimes contre l’humanité», tels que définis par le Statut de Rome de la CPI. “Il nous traite comme des animaux, nous sommes des humains comme les blancs”, “si le blanc continue a détruire la forêt, le monde n’aura plus d’oxygène” déclare Raoni.
Un mois plus tôt, Jair Bolsonaro avait déjà fait l’objet d’une enquête, suite aux premières accusations du chef Raoni. Il le dénonce de “profiter” de la pandémie du Covid-19 pour éliminer son peuple. Le président brésilien n’a pour l’instant pas répondu à ces accusations.

Sources : https://www.france24.com/fr/,
https://www.lefigaro.fr/conjoncture/amazonie-le-chef-raoni-denonce-bolsonaro-devant-la-cpi-
pour-crimes-contre-l-humanite-20210123,
https://www.lemonde.fr/international/article/2021/01/23/le-chef-raoni-porte-plainte-contre-bol
sonaro-pour-crimes-contre-l-humanite_6067349_3210.html,
https://www.geo.fr/environnement/amazonie-bresilienne-la-demarcation-des-terres-indigene
s-meilleur-moyen-de-lutter-contre-la-deforestation-201698


Alexandra

Chiffre de la semaine

76

C’est le nombre d’années qui viennent de s’écouler depuis la libération du camp d’extermination d’Auschwitz, en Pologne, par les soldats soviétiques de l’armée rouge, le 27 janvier 1945.
Auschwitz-Birkenau n’est pas le seul camp d’extermination créé par les nazis, mais il est
devenu le symbole de toutes les victimes de la barbarie nazie et de l’horreur du génocide des juifs, durant la Seconde Guerre mondiale.
Un million trois cents mille personnes ont été déportées dans ce camp de concentration et d’extermination. On estime qu’ 1,1 million de personnes, dont 1 million de Juifs, y ont été exterminés ; la majorité dans des chambres à gaz mais également par le travail forcé, la sous-alimentation. Sur 6 millions de Juifs exterminés, 1 million l’ont été à Auschwitz.
Cette année, en raison de la pandémie de Covid-19, le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau célèbre, en ligne, le 76e anniversaire de sa libération. Les Britanniques sont donc invités à allumer une bougie et à la déposer par la suite sur le rebord de leur fenêtre, en signe d’hommage aux victimes de la Shoah, de l’Holocauste.
La “Shoah”, est un terme hébreu qui signifie “anéantissement, cataclysme, catastrophe, ruine, désolation” utilisé dans le monde francophone, pour désigner l’extermination planifiée et systématique du peuple juif, par l’Allemagne nazie. L’ “Holocauste” qui signifie en hébreu “sacrifice par le feu, ne laissant subsister aucune trace de la victime” est utilisé dans les pays anglo-saxons et l’Organisation des Nations Unis.
Des déclarations de dizaines de personnalités du monde entier ont afflué tout au long de la journée, pour appeler à ne jamais oublier; dans un monde où bientôt il n’y aura plus de survivants pour témoigner auprès des générations futures. Le Parlement européen a organisé une cérémonie virtuelle, ouverte par le discours du Président David Sassoli, puis des chants traditionnels yiddish, suivis de discours à distance de plusieurs rabbins européens et du chorégraphe Gyula Sàrközi, représentant de la communauté rom. Chaque année compte dans la commémoration du génocide du peuple juif.

Sources :
https://lepetitjournal.com/londres/auschwitz-birkenau-76-ans-apres-preservons-le-souvenir-2
97295,
https://www.sudouest.fr/2020/01/23/75e-anniversaire-de-la-liberation-du-camp-d-exterminati
on-nazi-d-auschwitz-7098496-5022.php,
https://parismatch.be/actualites/socie

Alexandra