Le billet de la semaine

Le prix d’une vie: 5 ans après

“ Ah tu n’es pas encore morte toi, tu ne veux pas mourir”

Le 9 janvier 2015, seulement deux jours après l’attentat de Charlie Hebdo, un hyper casher de la porte de Vincennes est pris comme cible par Amedy Coulibaly, un terroriste de l’armée islamique.

En cette 3ème semaine du procès des attentats de janvier 2015, la cour d’assises a revécu
ce moment de pure terreur.
En effet, « Pour l’ensemble des Français juifs, l’attaque jihadiste contre l’hyper cacher a provoqué un traumatisme, une plaie qui n’est pas refermée », rappelle à l’AFP Francis Kalifat, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

Zarie Sibony, caissière et survivante de l’Hyper casher est revenue sur ce qu’elle a traversé: “C’était les 4 heures les plus horribles de toute ma vie, affirme-t-elle. J’étais assise par terre, cachée derrière ma caisse, lorsqu’il est arrivé devant moi, une kalachnikov plantée dans chaque main. Il m’a alors dit une phrase que je ne pourrai jamais oublier: Ah tu n’es pas morte toi, tu ne veux pas mourir. Il a tiré. C’est n’est qu’en regardant l’impact de la balle dans ma caisse que j’ai compris que j’avais failli mourir”.
Avec elle, une vingtaine de personnes sont prises en otage. Sept autres, dont un bébé restent dans la chambre froide. Le supplice durera ainsi de longues heures.
Quatre hommes de confession juive, François-Michel Saada,Philippe Braham, Yohan Cohen et Yoay Attab, meurent sous les balles du preneur d’otage jihadiste.
https://www.tf1.fr/tf1/sept-a-huit/videos/zarie-sibony-survivante-de-lattentat-de-lhyper-cacher-43838456.html

Cependant, ce jour pluvieux d’hiver, le terroriste n’a pas seulement fait irruption dans la banalité du quotidien, au milieu des courses familiales, des caddies à moitié remplis, des hésitations sur le choix de céréales. En effet, il a également remis en question de nombreuses valeurs, pourtant bien ancrées dans notre société.
Ainsi, de la même manière que la liberté d’expression avait été remise en cause lors du massacre de la rédaction de Charlie Hebdo, c’est ici la liberté de culte qui est mise à rude épreuve.
« Vous êtes les deux choses que je déteste le plus au monde : juifs et français », prononça Amedy Coulibaly.
Mais ce que Lassana Bathily tient à dire, c’est combien il a été bouleversé par l’assassinat de son collègue, son « frère » Yohan Cohen et combien l’équipe du magasin était soudée. « On mangeait ensemble, on se taquinait. On ne parlait même pas de religion. Je sais qui ils sont, eux savent qui je suis, il n’y a que le respect qui compte », souligne-t-il.
« Les terroristes essaient de nous diviser. On a besoin de vivre ensemble, de se connaître. Nous sommes des humains d’abord. Pour moi, l’humanité est plus importante que la religion», insiste Lassana Bathily.

Néanmoins, 5 ans après les attentats, le sentiment d’insécurité demeure encore au sein de la communauté juive; selon les chiffres de l’agence juive, 8000 français seraient retournés vivre en Israël cette même année. Un record…

Ines

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s