Petit pays de Gaël Faye

Critique littéraire d’un livre qui m’a (encore) fait pleuré.

Mon dieu ! Je suis de retour avec une nouvelle critique littéraire… Et devinez quoi ? C’est un livre qui m’a fait pleurer !!! Nan c’est pas une blague, je sais je sais, c’est toujours la même chose blablabla ‘’ en fait tous les livres que tu lis ils te font pleurer c’est ça ? ‘’ bah…oui. Mais c’est même pas ma faute en plus, à chaque fois c’est la même chose, je m’attache aux personnages et y a des morts inattendues, des cœurs brisés, des destinées que j’avais pas prévu ainsi et du coup bah je me retrouve à chialer dans mon lit à tourner les pages d’un livre… C’est un peu pénible parce que de base c’est pas des livres tristes (genre même devant un livre d’enfant qui parle de voyage dans le temps, de goofus et de fées grincheuses j’arrive à pleurer) … Mais j’suis trop émotive devant des personnages qui existent même pas que ça en devient fatiguant… je pleure pas devant les films mais alors en lisant des livres wow, je suis plus la même haha… *sourire gêné*

Brefffff (changement de sujet parce que c’est intro inutile est trop longue), bonjour bonsoir et bienvenue à tous dans mon coup de pub pour le livre Petit Pays de Gaël Faye ! Asseyez-vous tranquillement, buvez de l’eau (c’est important de rester hydraté toute la journée n’oubliez pas !) et bonne lecture !

De base Gaël Faye, il s’est lancé dans une carrière musicale qui mélange rap et des musiques traditionnelles d’Afrique parce que c’est de là qu’il vient. Il est d’origine du Zaïre et plus précisément du Burundi. Ses musiques sont tout simplement géniales, il y aborde des sujets différents dans des textes bien écrits, travaillés avec de belles paroles. (Je vous recommande d’aller écouter Irruption, tôt le matin et petit pays qui sont magnifiques)

C’est lui Gaël

Il est né à Bujumbura, au Burundi (c’est un tout petit pays à côté du Rwanda, près du Congo) en 1982, il est franco-rwandais. Mais à cette époque-là au Burundi en 1993, il y a une guerre civile qui a éclaté entre les Tutsis et les Hutus (les deux populations qui habitent le pays). Il y a de nombreuses tueries et des génocides qui éclatent partout, le système politique est complètement désagrégé et Gaël est obligé de fuir le pays pour la France (pays natal de son père).

Et 23 ans après la guerre civile, il décide d’écrire un roman du nom de Petit Pays. Son roman est partiellement autobiographique parce qu’il y raconte ce qu’il a vécu pendant cette période alors qu’il n’avait que 10 ans mais du point de vue d’un garçon du même âge du nom de Gabriel.

Voici le résumé au dos du livre :

Avant Gabriel faisait les quatre cents coups avec ses copains dans leur coin de paradis. Et puis l’harmonie familiale s’est disloquée en même temps que son ‘’petit pays’’, le Burundi, ce bout d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire. Plus tard, Gabriel fait revivre un monde à jamais perdu. Les battements de cœur et les souffles coupés, les pensées profondes et les rires déployés, le parfum de citronnelle, les termites les jours d’orage, les jacarandas en fleur… L’enfance, son infinie douceur, ses douleurs qui ne nous quittent jamais.

Gabriel décrit tous les évènements avec l’innocence d’un enfant qui commence tout juste à se rendre compte de l’horreur que peux habiter ce monde. C’est intéressant à lire parce qu’il n’y a pas des tonnes de descriptions, que c’est écrit de manière à représenter la vision d’un enfant.

Donc le livre, au début c’est marrant, le petit il s’amuse avec ses copains, il va se baigner à la rivière, il va cueillir des mangues dans les arbres de ses voisins… Mais après, entre sa mère qui pète un câble et ses copains qui veulent intégrer un gang, et la politique du pays qui part en cacahuète… bah wow ça en devient vite très émouvant et bah moi… (mais non je pleure pas, c’est mes yeux ils pleuvent !)

Pour tout dire, j’ai fini de lire le livre en cours de français après avoir fini un contrôle un peu en avance, comment j’étais pas bien après !

Tous les personnages sont intéressant, en passant de Innocent le chauffeur à Francis son rival (mention spéciale à Prothé qui est le meilleur personnage). Gabriel les décrit super bien et ont peut bien voir les liens qu’il a tissé avec eux et la manière dont il tient à eux.

Donc voilà merci à Gaël Faye de m’avoir fait pleuré avec ton livre qui est en quatrième position de mon top 11 mes livres préférés. Merci à ma meilleure amie de me l’avoir offert. Merci à ma documentaliste de mon collège de m’avoir conseillé de le lire mais plus tard parce que j’étais trop petite pour le lire en 4e (et je vous comprend).

Je vous recommande à tous de le lire, c’est fort en émotions, mais c’est très beau, ça mêle poésie, humour, violence et drame. Il est bouleversant, quand on le lit on rentre dans un univers et quand on y ressort on a envie de s’y replonger, deux jours m’ont suffit à le finir et j’ai pas dormi (bise à mon anticerne) …

C’est tout pour mon petit article, ciao les gens

Flore (qui vous aimes tous)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s