La terre se réchauffe…

Réchauffement climatique : un sujet que les climatologues n’avaient jusqu’ici pas voulu aborder…

 Qu’est-ce que le GIEC ?

« Le GIEC -Groupe Intergouvernemental d’experts sur le changement climatique comprenant 195 pays-évalue l’état des connaissances sur l’évolution du climat, ses causes, ses impacts. Il identifie également les possibilités de limiter l’ampleur du réchauffement et la gravité de ses impacts et de s’adapter aux changements attendus. Ses rapports fournissent un état des lieux régulier des connaissances les plus avancées. Cette production scientifique est au cœur des négociations internationales sur le climat. Elle est aussi fondamentale pour alerter les décideurs et la société civile ».

En France, de nombreuses équipes de recherche travaillent sur ces sujets, impliquant plusieurs centaines de scientifiques. Certains d’entre eux contribuent à différentes phases d’élaboration des rapports du GIEC.

A quelle conclusion arrive le GIEC ?

Le GIEC s’alarme de la montée des températures à la surface du globe: « Le Groupe intergouvernemental d’experts sur le changement climatique (GIEC) a publié, ce lundi 8 octobre, son rapport sur « Les impacts d’un réchauffement climatique global de 1,5 °C par rapport à 2 °C et les trajectoires d’émissions de gaz à effet de serre à suivre pour limiter le réchauffement à 1,5 °C, dans le cadre plus général du développement durable et de l’éradication de la pauvreté ». Pour ce faire, 6 000 publications scientifiques ont été analysées ».

« Le climat mondial s’est déjà réchauffé d’1 °C environ en moyenne par rapport à l’ère préindustrielle. Au rythme d’émissions actuelles, le réchauffement climatique atteindra 1,5 °C entre 2030 et 2052. Sans rehaussement de l’ambition des pays signataires de l’Accord de Paris et sans mise en œuvre immédiate des mesures nécessaires, le réchauffement climatique global devrait atteindre 3 °C d’ici 2100 ».

Plus de 2°C…

« À 1,5 °C, les risques sont significativement moins importants en fréquence et intensité des événements extrêmes (canicules, précipitations intenses, sécheresses) et les impacts sur la biodiversité, les écosystèmes, les ressources en eau et en nourriture, la sécurité et la santé, les infrastructures et la croissance économique sont moindres.
Par exemple, un réchauffement de 2 °C provoquerait une élévation du niveau des mers supérieure de 10 cm (par rapport à un réchauffement de 1,5 °C) d’ici 2100 et aggraverait le risque à plus long terme d’une déstabilisation des glaces du Groenland et de l’Antarctique (le niveau marin augmenterait alors de plusieurs mètres) ».

Source: https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr

Pour limiter l’augmentation de la température sur la Terre, 195 pays se sont mobilisés et ont signés un traité, le 12 décembre 2015, appelé COP21.
La COP21, Conference of Parties, est une conférence internationale sur le climat qui réunit tous les ans les pays qui ont signé la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC).

La COP21 a été organisée par la France, suite à l’accord de Paris dans la lutte contre le réchauffement climatique, tous les pays du monde s’engagent à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et maintenir ce réchauffement en-dessous de 2°C d’ici 2100. Mais récemment les Etats-Unis se sont retirés du traité le 1er juin 2017 avec l’arrivé de Donald Trump au pouvoir. Celui-ci prétexte, qu’au nom de la défense des emplois américains et de son slogan « l’Amérique d’abord », il se doit de se retirer de l’accord de Paris sur le climat en ajoutant, qu’il ne voulait rien qui puisse se mettre en travers de son action pour redresser l’économie américaine. Après l’annonce de Donald Trump, Emmanuel Macron a rétorqué lors d’une allocution prononcée depuis l’Élysée, que c’est une faute pour l’avenir de la planète.

Le réchauffement climatique que nous vivons en ce moment a débuté avec la révolution industrielle, un processus historique du 19ème siècle qui a rapidement changé l’industrie en approfondissant l’agriculture, l’économie et la société, en commençant en Angleterre, fin XVIIIème, puis en s’étendant dans toute l’Europe et aux Etats-Unis pendant le 19ème siècle. Les prédictions alarmistes étaient déjà discutées au début du XXème siècle. Pourtant, beaucoup de faits les contredisaient et n’ont jamais pu s’imposer. Ce n’est qu’à partir qu’en 1985 que les scientifiques ont commencé à s’interroger sur ce problème.  Aujourd’hui c’est un sujet qui touche toute la planète et qui peut engendrer de terribles dégâts amenant à l’extinction d’espèces animales et végétales ou encore à la disparition de la race humaine.

En octobre 2018, les scientifiques ont trouvé deux grands projets pour refroidir la Terre:

-Le premier est appelé « Ballons Pulvérisateurs de Souffre », capable de maintenir le réchauffement de la planète sous la barre des +1,5°C, en injectant dans la stratosphère, seconde couche atmosphèrique terrestre se trouvant entre 6 à 16 km d’altitude, un gaz qui doit bloquer une partie du rayonnement solaire. Ce projet durera, au moins, plusieurs décennies, à 25 km d’altitude, et c’est en mobilisant 10 millions de tonnes de dioxyde de soufre, dans la stratosphère, avec plus d’une dizaine de ballons pulvérisateurs de soufre qui sont toutes reliés à de géantes bombonnes de gaz au sol.

-Un projet plutôt complexe pour faire baisser la température de la Terre d’urgence en bloquant les rayons du soleil, ou encore contenir cette température pour éviter qu’elle atteigne un niveau critique pour la Terre.
Quelques scientifiques pensent à injecter des millions de tonnes de soufre dans notre strastosphère, chaque année et environ à 20 km d’altitude, pour stopper une partie du rayonnement solaire à, à peu près, 1%. Douglas MacMartin, un géo-ingénieur de l’université Cornell, annonce que si nous ne faisons pas baisser rapidement les émissions de CO2, alors cette techniques est notre seul moyen de maintenir notre climat à moins de 1,5°C ou de 2°C. Mais ce projet nous amène à prendre de gros risques puisque on intervient sur un système chaotique très sensible et très mal connu, donc c’est comme un grand saut dans le vide, et il ne faut surtout pas se tromper, même avec toutes les meilleures intentions du monde, si l’on tente quoi que ce soit en essayant de manipuler le climat terrestre, on peut vraiment fragiliser la strastosphère et engendrer d’autres effets sur la Terre.

Nous avons une vue, par les modèles, d’une très grande efficacité en 2100, car avec les résultats des modèles numériques qui nous montrent, grâce à l’injection simulée dans la stratosphère, on peut arriver à contenir ce réchauffement, autour de 1,5°C vers 2100, par rapport aux décisions des Etats qui nous conduisent à +3°C.

Mais, grâce à une étude récente anglaise, on a pu remarquer qu’injecter ce gaz dans l’hémisphère Nord pouvait déstabiliser la zone de convergence intertropicale, en agissant sur le rythme des pluies et formation de cyclones.
Ce qui est encore pire et qui inquiète les climatologues, c’est de faire un arrêt brutal de cette manipulation radiative, après plusieurs décennies, à cause d’une décision politique, d’une guerre, d’une catastrophe naturelle ou encore d’un acte terroriste…, alors cela engendra une terrible augmentation de la température globale, en moins de 10 ans, et atténuera environ 70% du réchauffement masqué, jusqu’ici, par la géo-ingénerie. Et si nous ne réagissons pas avant la fin du siècle, alors +3°C nous attendrons d’ici-là… mais, les chercheurs et les responsables politiques restent néanmoins extrêmement prudents à ce sujet!
On craint donc des effets secondaires, ce projet pour atténuer le rayonnement du soleil ne permet pas entièrement de compenser l’effet de serre, puisque le climat n’est pas tout à fait stable. Ce procédé peut, aussi, perturbé le rythme des pluies de quelques régions du monde et reprendre subitement à des vitesses inédites, le réchauffement.

Nous gardons quelques autres pistes assez intéressantes, comme l’éclaircissement des stratoculumus, c’est-à-dire que l’on injecte des microgoutte d’eau de mer dans les nuages pour renforcer leur pouvoir réfléchissant, mais il y a comme même des effets secondaires, comme la perturbation des pluies sur les côtes, augmentation des différences thermiques entre les terres et les mers…

Il y a aussi comme idée, l’amincissement des cirrus, c’est-à-dire que l’on injecte des poussières pour faire grossir les gouttelettes des nuages, qui peuvent piéger une partie du rayon infrarouge émis sur Terre qui réchauffe l’atmosphère, et les faire retomber; mais ces nuages de haute altitude sont mal modélisés et compliquer de les traquer.

Et enfin, il y a l’idée de blanchir les sols, c’est-à-dire que l’on repeint les toits et les routes en blanc et favoriser les cultures agricoles, les plus claires, ou fabriquer des céréales OGM, organisme vivant où le patrimoine génétique est modifié par l’homme, et à première impression, cela peut abaisser la température de 2 à 3°C, quand il y a la canicule; sauf qu’il n’y aura aucun impact sur les températures moyennes globalement.

Le second est appelée « Bateaux Disperseurs d’Olvine », capable d’absorber 1000 milliards de tonnes de CO2, et de stabiliser la température vers +1,5°C, en déversant des minérax dans l’océan pour l’enrichir en ions de magnésium, de sodium ou de calcium, et améliorer la solubilité du CO2 dans la mer. Ce projet durera jusqu’à fin du XXIe siècle, vers la surface des océans, ou encore vers les eaux côtières ou plages, en utlisant environ 1000 milliards de tonnes de minerai d’Olivine ou de chaux, pour la disperser il faut plus d’une flotte de milliers de navires.
Un projet plutôt ambitieux car il s’agit non seulement d’anéantir nos émissions mais également d’aspirer plusieurs centaines de milliard de tonnes de CO2 tout au long du siècle. Roland Séférian, du Centre national de recherches métérologiques, témoigne « Tous les scénarios visant les 1,5°C comprennent des mesures d’absorption du dioxyde de carbone ». La question est comment s’y prendre? Depuis environ 2 ans une solutions d’ampleur émerge, stimuler les capacités d’absorption des océans qui absorbent naturellement 28% de nos émissions. Le principe est de déverser des minéraux dans l’océans pour l’enrichir en ions magnésium, sodium ou calcium. La durée des opérations dureraient jusqu’à fin XXIème siècle. Ces opérations seraient à la surface des océans peut être sur les plages ou les eaux côtières. Ainsi, même si certains Etats se sont retirés de la course contre le réchauffement climatique, beaucoup de scientifiques venant des Etats signataires du traité de Paris se mobilisent pour trouver des solutions à long termes contre le réchauffement climatique.

Source: Science et Vie octobre 2018, M.Saemann
photo 1: BFMTV

photo 2: https://pixabay.com/fr/changement-climatique-2254711/

Auteurs: Anne-Sophie Gache, Malak Abdel Rahman

Les élections mi-mandats succès ou défaite pour Donald Trump

Le flop de Trump lors du mi-mandat…

Le 6 novembre, ont eu lieue les si attendues élections de mi-mandat aux États-Unis. Afin de comprendre leurs enjeux et l’importance capitale qu’elles ont sur la première puissance mondiale, il faut avant tout comprendre ce que c’est : il s’agit d’élections au sein des deux chambres au Congrès des États-Unis (un peu l’équivalent de notre Assemblée nationale et de notre Sénat). Elles ont lieu au milieu du mandat présidentiel et sont nécessaires car, dans le système politique américain, le Congrès a beaucoup plus de pouvoir que son équivalent en France et cela permet ainsi de contre balancer le pouvoir du président. A l’inverse, de « mauvaises » élections de mi-mandat peuvent empêcher le président d’agir et d’appliquer le programme pour lequel il a été élu deux ans plus tôt. Et cette année, c’est Donald Trump qui s’est soumis à la volonté des américains !

Souvent qualifié « d’homme excessif », ce vote avait pour objectif d’équilibrer le pouvoir. Pour les 435 sièges de la Chambre des représentants et 33 sièges au Sénat, les démocrates et les républicains se sont battus. Ces derniers étant du parti de Trump, l’enjeu était conséquent pour lui afin de pouvoir appliquer ses idées. Finalement, beaucoup de choses ont eu lieu, et non rationnelles…

Le 7 novembre 2018, les vrais résultats des mi-mandats ont été publiés et cela ne s’annonce pas très bien pour Donald Trump… Les résultats de ce mi-mandat sont pires que prévu pour les républicains et pour Trump qui est à deux ans de l’élection présidentielle de 2020 : ce mi-mandat s’annonce un signal dangereux pour lui. Les démocrates pourraient même limiter la casse au Sénat, car ils se dirigent de toute évidence vers une victoire assez large à la Chambre des représentants. A deux ans de l’élection présidentielle, ces résultats démontrent que les démocrates sont en bonne voie pour 2020, notamment dans les états de Midwest. Rappelons qu’ils ont aussi remporté quelques états qui supportaient Trump en 2016.

La situation est la suivante : depuis l’élection présidentielle les républicains bénéficiaient de la majorité au Sénat (51 sièges) et à la Chambre des représentants (236 sièges). Après les élections, ils gardent le même nombre de sénateurs (51 sièges), mais par contre ce sont les démocrates qui ont le plus de nombre représentants dans la Chambre (225 sièges alors que les républicains ont 197 sièges), ce qui est donc une défaite pour les républicains et pour Trump.

Le président Donald Trump avant même de connaître les résultats finaux a twitté : « Une immense réussite. Merci à tous ! »

Ce qui prouve qu’il est dans le déni total.
Donald Trump a perdu la Chambre des représentants et devra donc cohabiter avec les Démocrates qui ont reconquis la majorité de la Chambre et qui pourront désormais bloquer les réformes du président et lancer une nouvelle procédure de déchéance contre Trump. Mais il a pour avantage de bénéficier de la majorité au Sénat. Finalement Trump est affaibli par une vague « bleue » à la chambre des Représentants mais aidé par un Sénat plus « rouge ».

Samira ELDAHMA , Jessica Arulanandam , Marie-Océane Habyarimana , Sosthène Crozon-Cazin Caboube et Théa Delerme.

Les sources :
– France info, Europe 1, Le Monde, le JDD (le journal du dimanche), Le Point.
– Image 1 : https://www.google.com/url?
– Image 2 et 3: capture d’écran article France info
– Image 4 : capture d’écran article Europe 1

Auteurs: Eldahma samira, Habyarimana Rugwiro Marie-Océane, Arulanandam Jessica, Crozon Cazin Caboupe Sosthène et Delerme Théa

Eau non potable…

Bourgogne : un village privé d’eau potable depuis deux ans.

Le village de l’Yonne vit sans eau potable depuis deux ans. Elle est polluée par les pesticides liés à l’agriculture et par la vétusté des canalisations. Les habitants d’Étais-la-Sauvin n’utilisent plus l’eau du robinet ils se voient alors distribuer des packs d’eau par la mairie.

La préfecture de l’Yonne a interdit la consommation d’eau courante aux 676 habitants du village depuis octobre 2016, depuis que l’Autorité régionale de santé de Bourgogne a révélé la présence, entre autres, de métazachlore dans l’eau. Un pesticide épandu sur les cultures du colza dont les champs encerclent le village.

Par précaution la préfecture de l’Yonne a imposé à la municipalité de fournir des bouteilles d’eau aux habitants. Les Ethaisiens sont donc contraints de se brosser les dents de faire leur café ou laver leurs salades à l’eau minérale. 25.000 litres bouteilles d’eau sont distribués chaque mois à Étais-la-Sauvin, rapporte La Croix.

Cette pollution aux pesticides est liée aux activités agricoles locales. Devant un tel constat, un producteur de colza et de maïs d’une commune voisine en particulier est pointé du doigt par le maire en raison de la taille de son exploitation. Selon le maire, les pesticides proviennent « à 98% » de l’exploitation de ce dernier.

Se raccorder à la Fédération des eaux Puisaye-Forterre, réseau local mieux équipé qui alimente déjà 27 communes alentour a été la meilleure solution. En effet, la municipalité n’a pas les fonds nécessaires pour faire construire une unité d’assainissement. Depuis, l’eau du village est potable mais les habitants ne peuvent toujours pas la boire.

Cette fois, ce sont les canalisations qui posent problème. Trop vieilles et trop vétustes, elles laissent s’échapper l’eau propre venue de Puisaye-Forterre. Le maire promet que les travaux des 40 kilomètres de tuyauterie souterraine seront effectués en 2019.

Sources :
https://www.bfmtv.com/planete/un-village-de-l-yonne-prive-d-eau-potable-depuis-deux-ans-a-cause-des-pesticides-1509361.html
https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Environnement/Pesticides-village-lYonne-sans-eau-potable-deux-ans-2018-08-20-1200962877
https://www.capital.fr/economie-politique/bourgogne-un-village-vit-sans-eau-depuis-deux-ans-1303524

Imen MIHOUBI et Adele BARTON

La photographie de la semaine

Les comics pleurent leur créateur.

Ce lundi 12 Novembre est décédé le scénariste et éditeur de comics Stan lee dans une clinique à Los Angeles. Il était à l’origine de classique comme Spider Man, Hulk,Iron Man et bien d’autres. Cette mort a ému toute une génération bercée par ces œuvres durant leur enfance.

Source : Le monde (Instagram)
Photo prise en 1979 : United News / Popperfoto / Getty images

Alexandre Chabaudie

La commémoration du 11 novembre à Paris.

Le 11 Novembre 2018 à l’occasion de la commémoration du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918 le journal le Figaro a publié la même une que celle d’il y a cent ans. Le journal titrait “La victoire, l’Allemagne a capitulé, joie nationale”.

Pendant ce week-end la France était le centre de l’attention mondiale : pour la commémoration du centenaire de l’armistice 70 dignitaires étrangers, dont Donald Trump et Vladimir Poutine, ont accompagné Emmanuel Macron au pied de l’arc de triomphe pour la commémoration de l’armistice.

A cette occasion, le Figaro a publié la une datant d’il y a cent ans.
Le journal de l’époque montre au yeux de tous un contexte historique qui nous transporte dans le passé et nous transmet l’éclat de joie qui a délivré la France a ce moment.

Le journal raconte comment au bout de 52 mois de guerre totale l’armée française avec l’aide des alliés a provoqué la défaite de l’ennemi et comment l’armistice a été signé dans les moindres détails: “Les ambassadeurs allemands prirent connaissance les instructions par téléphone, puis se tinrent conduire auprès du maréchal Foch, qui les reçut aussitôt auprès de l’amiral anglais Rosslyn Wemyss. A cinq heures les signatures étaient apposée sur le document qui enregistre la capitulation de l’Allemagne”.

En publiant pour la deuxième fois cette une, le Figaro montre aussi sa longévité, le quotidien français a été fondé en 1826 et a traversé l’histoire de France, il publie toujours quotidiennement aujourd’hui.

Sources https://fr.wikipedia.org
http://www.lefigaro.fr

Tiago DONT

La géographie par les drapeaux

19. Estonie

Cette semaine, nous allons de nouveau parler du drapeau d’un pays européen : l’Estonie. Indépendante depuis 1991 et membre de l’union européenne depuis 2004, l’Estonie fait partie du trio Balte, avec la Lituanie et la Lettonie. Ce pays possède un climat très froid uniquement en hivers tandis que les automnes sont doux et les étés chaud et longs. La capitale Talinn est d’ailleurs plus proche d’Helsinki, capitale de la suède (pays non frontalier avec l’Estonie) que des deux seules frontières du pays, à savoir la frontière Russe et Lettone. Depuis sa séparation avec l’URSS, voici le drapeau adopté par l’Estonie.

Nous avons affaire à un drapeau ne comportant pas de symboles ou de dessins particuliers, mais tout simplement trois bandes horizontales de tailles égales comme sur les drapeaux allemand, luxembourgeois ou gabonais par exemple. Mais bien que tous les drapeaux soient différents, je trouve celui de l’Estonie particulièrement unique surtout quand à l’emplacement des couleurs. En effet, là où les drapeaux à trois bandes auront tendance à placer la couleur la plus claire au milieu, l’Estonie centre la bande noire. Mais pourquoi ce choix ? Il faut savoir que chacune des couleurs du drapeau possède une signification historique et géographique. Le bleu représente historiquement la liberté que le pays a acquis après de sombres années de luttes pour l’indépendance qui sont, elles, représentées par la fameuse bande noire centrale tandis que le blanc rappelle l’importance du travail.

Mais ce drapeau ne me toucherait pas autant sans sa signification géographique. Dans celle-ci, les trois bandes sont mise de façons à représenter un paysage typiquement Estonien, dans lequel le bleu serait le ciel, le noir, une forêt et le blanc, la neige recouvrant le pays lors des rudes hivers : Frappant n’est-ce pas ?

Source image : Valmar Valdmann

IYAD FAKHOURY

Tragédie dans la cité phocéenne

Tragédie dans la cité phocéenne

Deux immeubles se sont effondrés dans la rue d’Aubagne à Marseille lundi 5 novembre au matin, avant que les pompiers décident de provoquer l’écroulement d’un troisième pour des raisons de sécurité. A ce jour, 8 corps ont été retrouvés, ceux de 5 hommes et 3 femmes.

« Les deux immeubles effondrés n’étaient pas inconnus des autorités puisque Marseille Habitat, le concessionnaire retenu par la ville pour conduire une opération de lutte contre les constructions insalubres, a mis dix ans pour acquérir la totalité des lots de la copropriété du 63, rue d’Aubagne » indique Le Monde. Le second immeuble, celui du 65, avait même déjà fait l’objet d’un arrêté de péril car le plancher du premier étage menaçait de s’effondrer. Cette catastrophe rappelle qu’à Marseille, beaucoup d’habitations sont vétustes voire insalubres. Un rapport de l’inspecteur général de l’administration du développement durable, Christian Nicol, montre que : « Le parc immobilier privé marseillais potentiellement indigne présentant un risque pour la santé ou la sécurité concerne quelques 100 000 habitants et plus de 40 000 logements ».

Le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a, quant à lui, évoqué la météo pour justifier l’effondrement des deux immeubles. « Il n’y a eu à Marseille aucun complot météorologico-gauchiste, mais bien une indéfendable inertie municipale » indique Libération. La municipalité est d’autant plus coupable qu’elle disposait des moyens techniques et juridiques pour intervenir sur ces appartements insalubres.

Triste ironie du sort : pendant qu’un cortège défilait le samedi 10 novembre dans les rues de Marseille en hommage aux huit victimes, un bout de balcon s’est effondré et a fait trois blessés légers. Cet incident est la preuve que l’effondrement rue d’Aubagne n’est que le début d’une longue série à Marseille.

Sources : Libération du vendredi 9 novembre 2018, Le Monde du mercredi 7 novembre 2018

Source photo : LOIC AEDO, HO, AFP

César Clauss

La planète brûle…

Violents incendies en Californie

Un violent incendie de forêt a démarré jeudi matin dans le nord de la Californie et s’est très vite répandu…

Les incendies, qui font actuellement rage dans le nord de la Californie, ont fait au moins neuf morts et près de 150 000 personnes ont dû être évacuées. Plus au sud la célèbre station balnéaire de Malibu était menacée par un autre incendie qui se propageait rapidement, une alerte a alors été déclenchée en raison d’un violent incendie qui avait démarré la veille à vingt kilomètres au nord. A Paradise, au nord de la capitale Sacramento, quelques personnes ont été retrouvée mortes dans leur véhicules essayant de s’échapper. Au total environ 150 000 personnes devaient évacuer en Californie. En 24 heures, les flammes ont ravagé plus de 20 000 hectares.

Sources : Bfmtv, Ouest France, libération.fr

Garren Yang

La photographie de la semaine

La liberté de la presse mise à mal aux Etats-Unis

Lors d’une conférence de presse organisée le mercredi 7 novembre à la Maison Blanche, Donald Trump s’en est violemment pris au journaliste de la CNN, Jim Acosta, après un long échange à propos des migrants en provenance de l’Amérique centrale se dirigeant vers les États Unis. L’accréditation de Jim Acosta lui a été retirée au terme de cette conférence et même le micro lui a été arraché des mains.

Sources :

-Le monde (Instagram)
-lefigaro.fr

Photo prise par Jim Watson / AFP

Alexandre Chabaudie

Le chiffre de la semaine

116

Le mardi 6 novembre 2018, les citoyens américains ont été appelés à voter pour le 116ème Congrès des élections de mi-mandat dit « midterms ». Les élections de mi-mandat sont organisées tous les 4 ans, 2 ans après l’élection du président afin de renouveler le Congrès, c’est-à-dire les 435 membres de la Chambre des Représentants élus pour 2 ans et les 35 membres du Sénat, quant à eux, ils sont élus pour 6 ans. Les midterms servent de rééquilibrage. Les résultats parus à la suite du vote sont les suivants, les républicains et Donald Trump ont perdu la majorité à la Chambre des Représentants face aux démocrates, mais ils gardent la majorité au Sénat; ces résultats représentent tout de même une défaite pour Donald Trump et son parti.

Lien image : https://res-2.cloudinary.com/the-university-of-melbourne/image/upload/s–snqDTBT6–/c_fill,f_auto,h_630,q_75,w_1200/v1/pursuit-uploads/652/f58/4d2/652f584d2c19a7402a393fc092f71150066d64f76d4d0f9b179460eb686c.jpg

Lana BAGOT