Des publicités sur le Carlton de Cannes

De la publicité sur la façade classée du Carlton : une association porte plainte.

L’association Paysages de France a annoncé lundi avoir porté plainte contre l’utilisation abusive de la façade classée Belle Epoque de l’hôtel Carlton de Cannes pour y accrocher des bâches publicitaires géantes, accusant les autorités de fermer les yeux.

Depuis des années, c’est un véritable festival… », ironise dans un communiqué l’association, dénonçant la passivité des pouvoirs publics, mairie et préfecture des Alpes-Maritimes, face à ce qu’elle qualifie de « délinquance cinq étoiles ». La plainte a été déposée contre X auprès du procureur de la République de Grasse la semaine dernière. « Les installations de publicités sur la façade du Carlton, protégée au titre des monuments historiques, s’enchaînent au fil des manifestations sur des surfaces se comptant en centaines de mètres carrés, c’est pourtant une interdiction absolue (…) », souligne l’association.

Source : PAR LEJOURNALDESARTS.FR (AVEC AFP) • LEJOURNALDESARTS.FR

PHOTOGRAPHIE : Mediapart.fr

Ousmane AIDARA

Accident aérien…

Un Boeing s’abîme en pleine mer de Java : aucun survivant

Lundi 29 octobre dernier, à 6h21, le vol quotidien JT610 de Lion Air, compagnie aérienne low cost d’Indonésie, décolle de Jakarta pour se rendre à Pangkal Pinang, île indonésienne située au nord de la capitale, avec 189 personnes à bord dont 8 membres d’équipage.

Ce Boeing 737 MAX 8 immatriculé PK-LQP est un appareil quasiment neuf qui a effectué son premier vol le 30 juillet dernier et qui a été livré à la compagnie le 13 août. Quelques minutes après le décollage, alors que le personnel navigant technique (pilote et copilote) fit une demande de retour à Jakarta, l’avion perdu subitement le contact avec les contrôleurs aériens pour chuter brutalement dans la mer de Java à 6h31, dix minutes après le décollage.

Les enquêteurs du KNKT, le comité indonésien de la sécurité des transports, se sont rendus sur les lieux afin de chercher l’appareil. Il fut retrouvé ainsi que l’une des boites noires. On apprit que l’accident était dû à une défaillance de l’anémomètre, instrument de mesure de vitesse, problème déjà signalé sur les trois derniers vols de l’avion. Ce dernier est même passé en révision quelques heures avant son dernier décollage. Nurcahyo Utomo, un des enquêteurs en charge de cet accident, a confirmé ne pas savoir quelle était la cause de l’accident. A ce stade, on ignore s’il s’agissait d’une panne ou d’un problème de maintenance de l’appareil.

Le bilan de cette catastrophe est particulièrement négatif : sur les 189 personnes à bord, il n’y a aucun survivant. Plus de 1000 personnes sont impliquées dans les recherches. Un des plongeurs, un homme de 48 ans, est décédé vendredi dernier ; il a été retrouvé inconscient. Aujourd’hui, seulement 44 des 181 passagers ont pu être identifiés.

Le constructeur aéronautique américain Boeing a reconnu ce mercredi 7 novembre que le personnel navigant technique aurait pu recevoir des fausses informations provenant d’un des capteurs d’incidence de l’appareil. Suite à cela, Boeing a actualisé son manuel d’exploitation compte tenu des faits qui ont eu lieu.

Il ne s’agit pas du premier accident grave pour Lion Air. En effet, cette compagnie a déjà perdu cinq appareils depuis 2002. Elle figurait jusqu’en 2016 sur la liste noire des compagnies aériennes. Sans doute se passera-t-il la question de son éventuel retour de cette dernière sur cette liste ?

Source : Air Journal, Flightradar24, Le temps, 20 minutes
Source photo 1 : Arvin Lienardi (Jetphotos.com)
Source photo 2 : Flightradar24
Source photo 3 : Jawapos.com

Yann Arnould

A vous d’écouter…

Le groupe Twenty One Pilots a récemment sorti son nouvel album intitulé « Trench ». C’est le cinquième album du groupe américain à succès. Illustré par un vautour noir sur un fond jaune l’album contient quatorze morceaux pour un total de cinquante-six minutes d’écoute. Pour promouvoir leur album le groupe a lancé une tournée, le « Bandito tour » qui a commencé en octobre 2018 et qui s’achèvera fin juin de l’année prochaine. L’album a reçu un retour positif de la part des critiques et a également eu une très bonne performance commerciale dans plusieurs pays. Le groupe fait fort avec ce cinquième album qui semble être une franche réussite.

Inès DUFOSSE
Jessica ARULANANDAM
Sosthène CROZON-CAZIN CABOUPE

Guy…

GUY

Guy est un film français écrit, réalisé et joué par Alex Lutz mis en scène sous la forme d’un documentaire fictionnel. Il a tout d’abord été présenté à la semaine de la critique à Cannes en mai 2018, puis est sorti (en France) le 29 août de la même année.

Ce film raconte l’histoire de Guy Jamet (Alex Lutz), un chanteur ayant connu son heure de gloire entre les années 60 et les années 90. Ce documentaire fictionnel démarre à la suite de l’aveu d’une mère mourante à son fils qui se révèle être, peut être, l’enfant illégitime de cette ancienne vedette. Ce fils, Gauthier (interprété par Tom Dingler) est un jeune journaliste, il décide donc de rencontrer ce père en prétextant la réalisation d’un documentaire pour préparer le come-back du chanteur. Nous suivons donc tout au long du film la relation qui se crée entre ces deux personnages, passant de l’admiration à l’agacement, des fous-rires aux disputes.

Alex Lutz, scénariste, réalisateur, acteur, metteur en scène de théâtre et humoriste français est principalement connu pour faire de la scène et pour jouer dans un programme court diffusé sur Canal+, « Catherine et Liliane » en duo avec Bruno Sanches. Son premier film « Le talent de mes amis » sorti en 2015 n’a pas eu un très grand succès malgré le soutien de la presse. « Guy » lui permet donc de prendre sa revanche en étant faisant le deuxième meilleur démarrage de la semaine du 29 août 2018.

Nous avons toutes deux trouvé ce film beau et très touchant, la relation qui se crée entre les deux hommes est bouleversante. Il est également assez drôle grâce à l’humour cynique de Guy Jamet et est surtout très bien joué. Nous ressentons pour ce personnage à la fois du dégout, à cause de son mépris pour les autres et de son arrogance, et de la pitié et de l’affection quand la caméra réussit à capter l’homme qui se cache derrière ce masque. Ce film à performance transformiste a obligé Alex Lutz à subir environ cinq heures de maquillage par jour afin de passer d’un homme de 39 ans à un vieil homme d’une soixantaine d’année.

La superbe BO de ce film comportant 9 chansons originales a été entièrement composée par Vincent Blanchard et Romain Greffe et permet d’ancrer le personnage dans un univers bien précis dans lequel Alex Lutz se fond parfaitement et interprète les morceaux à merveille.
Dans ce film tourné en caméra subjective Alex Lutz est de tous les plans et offre une performance absolument époustouflante et inédite.

Source: Télérama, Allociné, Wikipédia

Lana BAGOT
Lila FONTANEL

« MYSTERES COREENS »

Un film coréen à voir…

Burning est un long métrage sud-coréen de 2h28 réalisé par Lee Chang-dong et ayant pour acteurs principaux, Jong-Seo Jun, Ah-In Yoo et Steven Yeun.
Il est sorti en France le 29 août 2018.

Le film est une adaptation libre de la nouvelle de l’écrivain japonais Harukami Murakami, « Les granges brulées » écrit en 1983.
L’action se déroule à Séoul et met en scène la rencontre entre Jongsu, un jeune homme introverti, aux origines modestes et Haemi une de ses ancienne camarade d’enfance qui habitait auparavant dans son quartier.
Lors d’un voyage en Afrique, Haemi va se lier d’amitié avec un jeune homme énigmatique et visiblement aisé prénommé Ben. La jeune fille va présenter son nouvel ami à Jongsu ; les trois vont alors entretenir une relation particulièrement singulière.

Le film est divisé en deux parties : la première, que je définirais par la rencontre entre les trois personnages et la seconde marquée par la brusque disparition de Haemi pour une raison insoupçonné.
La seconde partie peut justifier le fait que certaines critiques présentent ce film comme un thriller mais je ne l’ai pas ressenti de la même façon.
Ce film a une ambiance bien particulière. Il est difficile de le définir en un mot ou de le ranger dans une catégorie, ses thèmes sont très variés mais ils se rejoignent tous sur le même point ; l’opposition. On observe le contraste entre l’opulence de Ben et la vie modeste de Jongsu, l’insociabilité de celui-ci et l’extraversion de Haemi, la vie à la campagne et dans une grande ville…

Le film se distingue par le suspens du récit et la poésie des images et des situations. J’ai été très impressionné par la beauté des images, la photographie étant particulièrement soignée. Le rythme est lent mais cela n’enlève rien au charme du film, cela renforce au contraire l’atmosphère mystérieuse et surprenante, présente tout au long de l’histoire jusqu’à la saisissante scène finale.

Caroline Chantalat.