Les rencontres de Montaigne

Cette année dans le cadre des rencontres de Montaigne, les élèves ont reçu M. Charbonneau, Directeur adjoint de l’information de TF1 et Directeur général de LCI. Il a bien voulu cette année être le parrain comme l’ont été Mme Robert-Diard du journal du Monde et M. Thénard, directeur du Canard enchainé.

Les élèves ont effectué trois travaux: un article, un documentaire et un reportage photographique.

Un journaliste, N. Charbonneau, Directeur adjoint de l’information et Direction général de LCI, présente son métier et les problématiques qu’il peut rencontrer.

Un article: Un professionnel du journalisme.

Nicolas Charbonneau est le directeur général de la chaîne LCI depuis peu, et est également directeur adjoint de l’information sur TF1. Durant notre entretien du 20 mai 2016, nous avons pu en savoir plus sur ses études ou encore sur son travail de journaliste.

Jeune, il veut être médecin légiste, puis policier, et puis il décide de se lancer dans le journalisme. Il a toujours aimé voyager, faire des rencontres et voir sur le terrain la réalité brute des faits.

Pour ce qui est de ses études, Monsieur Charbonneau n’a pas eu un parcours que l’ont pourrait qualifier de « typique » pour un journaliste. Il passe son baccalauréat littéraire, puis fait un doctorat en sociologie. Il commence à faire alors beaucoup de stages en radio durant les week-end. Il fait ses débuts comme grand reporter comme en Afrique au Rwanda en 1994 pendant le génocide Hutus. Les rédactions l’envoient également dans des pays en guerre comme en Irak. Selon lui, cela est une façon de découvrir les peuples et comprendre le monde. Pendant 15 ans, il travaille pour Europe 1 en tant que journaliste.

Il est par la suite rédacteur en chef du Parisien, puis travaille aujourd’hui sur les chaînes TF1 et LCI. Il nous dit alors avoir une mission  : bien informer les gens. Il veut garder une certaine objectivité même si chacun a une vision différente de l’information.

Pour N. Charbonneau, il est possible de réussir dans le journalisme sans faire de grandes études, et dit notamment qu’il ne conseille pas les écoles privées. Pour lui, ce ne sont pas les études qui font la différence, mais il faut quelqu’un de différent, qui porte un regard différent sur chaque information et qui a une vraie personnalité.

Son quotidien change au gré de l’actualité; il n’a pas de journée type, aucune ne se ressemble, mis à part qu’il passe la plupart de son temps en réunions.

Il nous parle alors des pièges qui, selon lui, peuvent arriver comme le journalisme télévisuel. L’un d’eux, et sûrement le principal, est de ne pas diffuser une information qui est fausse à cause d’un excès de précipitation. Il faut alors vérifier les sources de l’information et les croiser afin d’éviter toute erreur. Évoquant les réseaux sociaux, qui constituent à la fois une aide et une source de méfiance, ils doivent être utilisés avec la plus grande méfiance.

Pour N. Charbonneau, il n’a pas de ligne éditoriale;  à la télévision, il précise que cela est difficile d’en avoir une, beaucoup plus que pour le journalisme de presse. Il n’a qu’une seule conviction : faire des sujets qui intéressent les gens et qui m’intéressent.

Nous abordons ensuite les objectifs fixés pour la chaîne LCI, chaîne de la T.N.T. gratuite depuis peu;  il souhaite multiplier les audience par 5 pour arriver au niveau de iTélé. Il a également une ambition : donner un rendez-vous aux téléspectateurs. Autrement dit, faire de LCI, une chaîne toute info à la fois différente et attractive en créant des moments de rencontres avec les téléspectateurs.

Cette rencontre nous a permis de mieux comprendre les problématiques du métier de journaliste et surtout le rôle essentiel des journalistes sur l’opinion publique à travers la diffusion d’informations.

Nous souhaitons encore remercier M. Charbonneau pour s’être prêté au jeu des questions-réponses et d’avoir accepté d’être le parrain de la promotion 2015-2015 de la Classe média du lycée Montaigne.

Encore merci.

Téa Litvinoff

Un documentaire: Les problématiques du journalisme

 

Un grand merci à David Tencer et Thomas Ludger pour leur savoir-faire en matière de prises de son et pour le montage du reportage.

Un reportage photographique: Au cœur de l’interview…

Nadim Mosengo et Joséphine Jin ont photographié la rencontre et ont créé un power-point dans lequel elles ont retenu les moments importants.

https://onedrive.live.com/redir?resid=903BC67FE37C4551!154&authkey=!AFwonwe7IOZlBrE&ithint=file%2cpptx

La Classe Média

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s