Une COP 21 pleine d’espoir

Un accord historique
Après 13 jours d’intenses négociations, l’accord sur le climat de Paris a été adopté à l’unanimité par les 195 états participant à la Cop 21.
C’est un accord historique qui a eu lieu le 12 décembre. Laurent Fabius, président de la Cop 21, qualifie ce texte adopté de « juste, durable, dynamique, équilibré, et juridiquement contraignant. »

French President Francois Hollande, right, and French Foreign Minister and president of the COP21 Laurent Fabius react after the final conference at the COP21, the United Nations conference on climate change, in Le Bourget, north of Paris, Saturday, Dec.12, 2015. Governments have adopted a global agreement that for the first time asks all countries to reduce or rein in their greenhouse gas emissions. (AP Photo/Francois Mori)/PAR173/608372693275/1512122025
(AP Photo/Francois Mori)/PAR173/608372693275/1512122025

_dsc2760-net_cle06c1d1-3ad90
Cette accord engage 195 pays à une limitation de la hausse de la température bien en de ça de 2°C, il prévoit aussi une révision tous les cinq ans de ces objectifs et nous informe également qu’une aide financière sera apporté aux « pays du Sud ».
Les principaux points de cet accord sont les suivant : limiter le réchauffement en dessous de 2°C. Le texte impose de réduire la hausse de la température en dessous de 2°C et encourage à poursuivre les efforts pour limiter la hausse de la température à 1,5°C. Pour parvenir à cet objectif, il faut prendre des mesures d’économies d’énergie, investir davantage dans les énergies renouvelables et adopté une politique de reboisement des forêts.

Pour atteindre ces objectifs, le texte propose « un pic des émission de gaz à effet de serre le plus tôt possible » et « d’entreprendre des réductions rapides afin de parvenir à un équilibre entre émissions dues aux activités humaines et celles absorbées par les puits de carbone durant la seconde moitié du siècle »

La révision à la hausse des engagements
Le texte impose une révision des engagements nationaux, qui aura lieu tous les cinq ans. La première révision obligatoire se tiendra en 2025, après un bilan en 2023. Les organisations non gouvernementales jugent tout de même ce mécanisme trop tardif pour espérer rester sous les 2°C.

Aider financièrement les pays du Sud
En 2009, les pays riches ont promis de verser 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 afin de financer les politiques climatiques des pays en développement. Le texte nous informe que cette somme de 100 milliards de dollars n’est que provisoire, et qu’en 2025, un nouvel objectif chiffré sera proposé. Le texte propose que « les pays développés apportent des ressources financières pour aider les pays en développement ». Le texte encourage donc les pays développés à apporter un soutien sur la base du volontariat.

La Cop 22 très prochainement
La Cop 22 aura lieu en 2016 à Marakech, au Maroc. Un pays qui s’est engagé à réduire d’au moins 13% ses émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030 par rapport à 2010. Le pays consacrera 10 milliards de dollars au financement de son objectif climatique.

Alice Jornalo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s