Hôtel Flottant

5247651_b7b81bf2-831c-11e5-8706-00151780182c-1_545x460_autocrop
Après les bateaux-resto, les bateaux mouches et les bars flottants, un hôtel flottant s’invite sur le quai d’Austerlitz. Nous pourrons bientôt dormir au ras des flots, sûrement une expérience incroyable de plus à vivre à Paris.
L’hôtel trois étoiles nommé « Off Paris Seine » sera composé de 54 chambres, 4 suites, une piscine, un restaurant pouvant accueillir 80 personnes, une terrasse et emploiera 30 salariés. Une nuit devrait coûter entre 160 et 450 euros.
C’est une première mondiale qui est financée à 57% par le groupe Novaxia, 20% par Bpifrance, 10% par Citysurfing, 6% par Elegancia Hotels, 6% par Licorne Finance et 1% par Euromodules. Le président fondateur de Novaxia, Joachim Azan, déclare « C’est un projet qui n’a pas de précédent, pour lequel nous avons investi sur une concession de 20 ans.»
C’est l’architecte et président de Seine Design, Gérard Ronzatti, qui a eu l’idée de développer le concept d’un hôtel flottant, souhaitant proposer des solutions pour réinventer les fleuves. Gérard Ronzatti précise que le « Off Paris Seine » devrait être exemplaire en terme de développement durable. Il consomme ainsi un minimum d’énergie avec un système de collecte d’eau. Le fait qu’il soit posé sur l’eau est un travail très technique et il y a eu, en plus, un travail de gestion de poids pour assurer une stabilité».
Les initiateurs de ce projet un peu fou ont évoqué que « ce concept novateur pourrait s’étendre à d’autres villes en France ou à l’étranger ».

Ces établissements uniques et atypiques surgiront donc des flots dans le monde entier.
Alice Jornalo

LA PHRASE DE LA SEMAINE

Laurent Fabius optimiste envers la COP21

 « Le succès de la COP21 est à notre portée », a confié Laurent Fabius,  Ministre des affaires étrangères, président de la COP21, à plusieurs journaux européens dimanche matin. Laurent Fabius est très optimiste et appelle à « négocier et bâtir des compromis dès les prochaines heures », a-t-il déclaré lors de la première réunion se déroulant au Bourget avant l’ouverture officielle de la conférence lundi.

Louise Renaud