RUBRIQUE : GRANDES FIGURES DE L’HISTOIRE

Victor_Hugo

Victor Hugo par Nadar

Une vie littéraire et politique

Victor Marie Hugo dit Victor Hugo est un poète, grand écrivain et politicien français. Il est né en 1802 à Besançon, petite commune située à l’est de la France, et mort en 1885 à Paris. Fils d’un général et d’une bourgeoise, il grandit à Paris avec ses deux frères Abel Joseph Hugo et Eugène Hugo. Il est d’abord pensionnaire dans un institution religieuse à Madrid avec ses frères puis à Paris à la suite de la séparation de ses parents. D’après son amie d’enfance, qui est par la suite son épouse, c’est vers l’âge de 15 ans que Victor Hugo commence à s’intéresser à l’écriture. En 1817, il participe aux concours littéraires pour délaisser petit à petit ses études de mathématiques. En 1821, il publie son premier recueil de poèmes, Odes, dont tous les exemplaires s’écoulent en quatre mois, Victor Hugo n’a que dix-neuf ans. Il est remarqué par Louis XVIII et reçoit une bourse. En 1822, à la suite de la mort de sa mère, Victor Hugo épouse Adèle Foucher qui lui donne cinq enfants : Léopold, Léopoldine, Charles, François-Victor et Adèle. Il publie ses premiers poèmes, principalement des odes et ballades, à l’âge de 24 ans.

Victor Hugo est un homme curieux qui s’intéresse à différents genres et formes d’écriture notamment la poésie lyrique ( Les feuilles d’automne en 1831 et Les Contemplations en 1856), la poésie épique ( La Légende des siècles en 1859), la poésie satirique ( Les Châtiments en 1853), mais aussi le théâtre où il développe sa théorie de drame romantique avec la préface de Cromwell en 1827. Il écrit aussi des romans dont les plus connus sont Notre dame de Paris (1831) et Les Misérables (1862).

En plus d’être un grand écrivain c’est aussi un homme politique. A cause de ses idées, il est obligé de s’exiler en Belgique, puis dans les îles de Jersey et Guernesey ( îles anglo-normandes), période durant laquelle il écrit notamment Les Châtiments et Les Contemplations. Il ne revient en France qu’à la proclamation de la République en septembre 1870. Il est de nouveau élu à l’Assemblée nationale le 8 février 1871 qu’il quitte un mois plus tard, puis il est élu sénateur en 1876.

A 75 ans, Victor Hugo continue d’écrire et publie entre autres L’art d’être grand-père en 1877 à la suite du décès de son fils Charles et de sa femme. Ce roman lui est inspiré par ses petits-enfants, Georges et Jeanne. En 1878, en mauvaise santé, Victor Hugo n’écrit presque plus, mais des recueils de poèmes continuent d’être publiés : La Pitié suprême en 1879, L’âne et Les Quatre Vents de l’esprit en 1881 et d’autres. Un légende nait concernant Victor Hugo, celle d’un homme intarissable jusqu’à la mort. Dès 1878, ses pièces de théâtres sont de nouveau jouées comme Ruy Blas, Marion de Lorme, Marie Tudor ou Le roi s’amuse.

Il mourra d’une congestion pulmonaire à 83 ans.

 

Victor Hugo, un génie littéraire

Romancier, poète, dramaturge, passionné de littérature, il commence sa vie d’écrivain très tôt. A 15 ans, il participe à plusieurs concours littéraires. Son premier recueil de poèmes Odes et Ballades (1827) est apprécié par Louis XVIII. Le roi lui octroie une pension qui lui permet de se consacrer pleinement à l’écriture. En effet, dès l’âge de 21 ans, avec d’autres écrivains, ils forment  Le Cénacle. Ce cercle littéraire a pour objectif de concevoir une littérature moderne. Ils créent ensemble le romantisme. Victor Hugo devient alors le « porte-parole » de ce nouveau mouvement littéraire.

Il provoque la polémique, mais connait un grand succès avec sa première pièce de théâtre Hernani (1830) en rupture avec les règles du classicisme. Après cette victoire, Victor Hugo publie son deuxième triomphe : Notre Dame de Paris (1831), un roman historique inscrit dans l’histoire de la littérature française.

Il écrit Les Contemplations publié en 1856, un recueil de poésie célèbre qui rend hommage à sa fille morte.

 

Victor Hugo, un homme de convictions

Influencé très jeune par ses parents, tous deux bourgeois aisés, Victor Hugo sera dans un premier temps conservateur et monarchiste avant de se laisser séduire par la démocratie. Lors des élections législatives de mai 1848, Victor Hugo est élu et se joint au parti de la droite conservatrice. Il vote la loi du 9 août 1848 qui suspend les journaux républicains, incite ses fils à créer un journal menant une campagne contre le Président du Conseil républicain et enfin soutient la candidature de Louis-Napoléon Bonaparte lors des élections présidentielles de 1848.

Après avoir été élu en mai 1849 à l’Assemblée Législative, Victor Hugo se détourne progressivement de cette droite conservatrice à la politique trop réactionnaire à son goût, pour se rapprocher de la démocratie. En 1851, il lutte contre la loi de réorganisation de l’enseignement en faveur de l’église catholique romaine et défend son fils poursuivi par la justice pour avoir écrit et publié un article contre la peine de mort. En décembre, à la suite du  coup d’état du futur Napoléon III, auquel il est opposé, il s’exile en Belgique pour fuir le Second Empire. Durant les 15 années que dure son exil, il écrit des textes, notamment des satires contre Napoléon III (« Napoléon le petit » comme l’appelait Victor Hugo) et contre le Second Empire.

En rentrant de son exil, Victor Hugo est un homme changé, il est jusqu’à la fin de sa vie un réformiste.

Sa ligne politique est favorable à des réformes légales et progressives, excluant à la fois la révolution et le conservatisme. Il combat les inégalités et les injustices sociales et, principalement, la peine de mort; il juge, en effet, ce procédé barbare,  qu’il dénonce avec  Le dernier jour d’un condamné en 1829. Il dénonce avec la même détermination les conditions de vie des pauvres et des opprimés. Il devient en quelques années une icône de la République radicale.

Au cours de sa vie, Victor Hugo est passé politiquement d’un extrême à un autre en commençant par soutenir des idées conservatrices et monarchistes, puis des idées réformistes radicales. Ces différentes idées se retrouvent dans toute son oeuvre.

 

Victor Hugo un homme d’influence

Victor Hugo est considéré comme le plus grand écrivain du XIXème siècle. Il écrit des œuvres qui poussent le lecteur à réfléchir sur le monde et la société française. A travers ses œuvres, il dénonce la misère sociale, parle les droits de l’homme et de la femme et défend les milieux défavorisés comme dans son œuvre majeure Les Misérables.

Paru en 1862, ce roman est entré dans la légende et reste le plus lu par les français encore de nos jours. Dès sa parution, il remporte un succès national et international, et donne à Victor Hugo la stature de patriarche de la littérature française.

Il se fait un nom grâce à son unique arme, le pouvoir des mots, l’influence a été si importante qu’il est contraint à l’exil.

Victor Hugo, connu comme étant un homme acharné au travail, laisse une bibliographie riche de 9 romans, 15 pièces de théâtre et 4 recueils de poèmes. Ses œuvres sont le reflet de sa vie, du monde qui l’entoure et de ses idées politiques.

Il est et restera un grand écrivain et homme politique reconnu par tous. Ses romans, poèmes et pièces de théâtre continuent, malgré le temps, à être publiés et joués dans différents pays et restent toujours d’actualité.

 

Louise Renaud, Nadine Mossengo, Assétou Soumahoro, Joséphine Jin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s