Le docteur Frankenstein est-il de retour ?

Le neurologue italien Sergio Canavero a annoncé en juin dernier qu’il était désormais possible de greffer… la tête d’un humain sur le corps d’un autre.

Certains préfèrent plutôt parler de greffes de corps en considérant que le cerveau renferme la personnalité, la conscience, tout ce qui rend un être humain unique.

Sergio Canavero s’appuie sur les travaux du chirurgien américain Robert White, qui avait réussi en 1970 à transplanter la tête d’un singe sur un autre singe décapité, et à faire vivre ce nouvel animal pendant huit jours.

Le neurologue a trouvé la solution au problème du docteur White, à savoir , reconnecter les moelles épinières, en utilisant des matériaux chimiques qui rétablissent les liens entre les fibres nerveuses. Le plus dur pendant l’opération c’est de greffer la tête en moins d’une heure. En effet, la première étape est de mettre la tête en hypertonie pour éviter qu’elle ne subisse de graves dégâts pendant le temps où elle n’est plus irriguée.

Ensuite, il faut choisir un donneur qui soit en état de mort cérébrale (après un traumatisme par exemple) mais dont les organes soient en très bon état. Puis un receveur qui soit tétraplégique ou atteint d’une maladie neuromusculaire dégénérative. Enfin, il faut veiller à ce que les deux individus soient du même gabarit et du même sexe.  Après l’opération, le patient est accompagné psychologiquement pour s’habituer à son nouveau corps.

L’opération couterait dix millions d’euros selon le médecin italien et serait possible d’ici deux ans. Cependant, comme il le précise, des lois éthiques doivent impérativement être établies, car les dérives peuvent être multiples : repousser la mort, changer de corps pour l’esthétique, mise en place d’un trafic de corps…sans parler des problèmes de parenté dus au changement de corps.

Alors peut-être devrait-on laisser de côté Frankenstein et ses idées.

canavero 2

Sergio Canavero

Juliette Cagnac